Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 février 2012 5 03 /02 /février /2012 13:07

Ce roman a été publié en 2002 et a reçu le prix Goncourt des Lycéens. L'intrigue se déroule dans une Antiquité imaginaire...

Résumé ( du début, pour l'instant... suite à venir très prochainement)

 

I- La grande nuit blanche du roi Tsongor

  • Le récit débute à Massaba, cité du roi Tsongor. Ce dernier s'apprête à marier sa fille, la princesse Samilia. Les festivités s'organisent. Le fidèle serviteur du roi réalise que le jour d'appliquer sa promesse est arrivé : il va tuer le roi.

  • Katabolonga annonce au roi que le "jour" est arrivé mais il y a un malentendu entre eux : le roi pense que son serviteur évoque le grand jour du mariage. Les circonstances de leur rencontre sont ensuite racontées : vingt ans plus tôt, alors que Tsongor est un jeune homme conquérant qui consacre son temps aux guerres et aux pillages, il arrive dans le village des Rampants. Katabolongo, dernier survivant, se présente au roi en lui disant qu'il mérite la mort parce qu'il lui a volé ses biens et ses terres. Tsongor déclare qu'il arrête la guerre, accepte la sentence tout en proposant à Katabolonga de devenir le porteur de son tabouret d'or, c'est-à-dire son serviteur dévoué. Katabolonga accepte.

  • Samilia doit épouser Kouame, le roi des Terres de sel. Le premier indice du malheur est annoncé : des hommes placés sur les collines du nord attendent, observent. En fin de journée, les collines s'embrasent puis un homme seul entre dans les rues de Massaba. C'est Sango Kerim, compagnon de jeu des enfants du roi, élevé avec eux. Il vient demander Samilia en mariage, rappelant une promesse qu'elle lui a faite alors qu'ils étaient enfants. Depuis, il a parcouru le monde et il est revenu pour elle. Le roi lui répond qu'il va prendre une décision et l'annoncer le lendemain.

  • Le roi interroge Samilia pour vérifier les informations données par Sango Kerim. Elle confirme les dires de son ami d'enfance.

  • La cérémonie des dons dure plus de quatre heures. A son issue, le roi ne dit pas un mot et quitte les lieux.

  • Alors que le roi comprend qu'il est dans une impasse, que le souffle de la guerre est près de lui, Katabolonga lui annonce que "c'est pour aujourd'hui". Le roi ne comprend pas de quoi il parle, le serviteur voulait lui dire que l'heure de sa mort était arrivée.

    Le roi rencontre son plus jeune fils, Souba, à qui il confie une mission : lorsque son père mourra, il ne devra pas pleurer mais partir pour construire différents tombeaux dans le monde. Chacun devra être un monument en rapport avec ce qu'a été le roi pour son fils. Lorsque ces sept tombeaux seront construits, Souba pourra rentrer à Massaba, faire ouvrir le tombeau royal et emporter le corps pour le déposer dans un des sept tombeaux. Il sera le seul à savoir lequel et devra murmurer aux oreilles de son père que la mission est accomplie. Souba jure à son père qu'il va faire ce qu'il lui demande.

Le roi demande à Katabolonga de dire aux deux prétendants le lendemain de partir, de laisser Samilia épouser plus tard un troisième homme, afin dé'éviter la guerre. Le roi et son serviteur savent que cette solution ne sera pas acceptée et que la guerre est inévitable.

Enfin, Tsongor lui confie  une pièce de monnaie qu'il a gardée sur lui toute sa vie, il s'agit de celle qui permet de passer dans le royaume des morts. Il lui demande de la conserver jusqu'au retour de Souba et de la lui déposes ensuite sous la langue. Katabolonga jure qu'il fera ce que le roi lui demande.

Katabolonga ne peut tuer le roi et ce dernier s'entaille lui-même les veines. Le serviteur termine ce qui a été commencé et reste plein d'effroi, conscient de la solitude qui l'attend maintenant.

 

II- Le voile de Souba

La nouvelle de la mort du roi se répend. Ses enfants sont affligés. Aucun reproche n'est fait au serviteur.

Kouame se présente auprès de la dépouille du roi et rencontre Samilia qui tombe sous son charme, malgré la douleur qu'elle ressent.

Sango Kerim, accompagné de Rassamilagh, entre. Samilia est là-aussi sésuite et réconfortée par la présence de cet homme. Les deux hommes s'affrontent verbalement.

Sako, le fils aîné du roi, tente de les arrêter. Katabolonga fait la proposition de paix aux deux hommes. Ils refusent, comme prévu.

Kouame déclare vouloir attendre pour respecter le deuil. Sango refuse d'attendre. Il promet de revenir le lendemain et de décleancher la guerre si Samilia lui est refusée.

Samilia, les jumeaux Sako et Danga, Liboko écoutent leur frère Souba qui leur annonce qu'il doit partir à la demande de leur père. Il leur demande de mettre son corps à l'abri jusqu'à son retour. Samilia est profondément triste : le clan Tsongor va se démanteler, la guerre va éclater. Ils font un dernier repas ensemble.

Le roi semble encore vivant : "Il contempla ses enfants en secret".

Souba, accompagné d'une vieille mule, quitte la cité royale. A une heure de marche, un groupe de femmes le voit partir. Elles le suivent. Elles le rejoignent puis lui offrent une natte faite de leurs cheveux coupés qu'elles attachent à la selle du mulet. Elles le munissent aussi d'un voile noir.

III- La guerre

La guerre est déclarée : personne n'est là pour accueillir Sango Kerim. Au palais, l'aîné, Sako, prend la place de son père. Samilia s'installe sur les toits.

Les armées en présence sont :

- Sango Kérim dirige l'armée de nomades qui comprend : l'armée des ombres blanches de Bandiagara ( leurs visages sont couverts de craie) ; l'armée des crânes rouges de Karavanath' le brutal; l'armée de Rassamilagh, une foule immense et bigarée.

- Kouame dirige trois chefs : le vieux Barnak qui est à la tête des mangeurs de khat, hommes poussiéreux et sales; Tolurus et l'armée des Surmas dont la peur principale est d'être défigurés; Arkalas, souverain des chiennes de guerre, hommes forts et robustes qui se parent comment des femmes.

Les armées sont face à face. Kouame demande à Sango de partir mais ce dernier refuse. Samilia maudit la guerre.

Au passage de Souba, le peuple comprend que le roi est mort.

Après dix heures de combat, les armées n'ont pas bougé. Tolurus (Kouame) est mort tué par Rassamilagh. Arkalas prend la vie de  Karavanath. Il y a une quantité innombrables de morts.

Samilia rencontre Kouame et évoque son dilemme tragique : qu'elle choisisse l'un ou l'autre, elle en trahira un. Aucune solution n'est acceptable. Kouame ne veut pas renoncer à la guerre. La jeune femme annonce son départ. Elle reste fascinée par la beauté de Kouame.

Les jumeaux Sako( avec Kouame)  et Danga ( avec Sango) sont rivaux. Danga décide de partir, il est rejoint par Samilia.

Le roi soupire dans son tombeau.

Danga et samilia rejoignent Sango. Celui-ci est heureux mais les Tsongor lui déclarent que c'est le malheur qui arrive : "Nous mourrons tous. Nous, eux" (nous : Sako, Liboko et Kouame).

Le roi voit les ombres de tous les morts. Il comprend qu'il n'a pas réussi à éviter la guerre.

 

IV- Le siège de Massaba

V- L'oubliée

VI- Dernière demeure

Published by Everina - dans Romans actuels
commenter cet article
3 novembre 2011 4 03 /11 /novembre /2011 17:47

La route de C. Mac Carthy (l'adaptation filmique est beaucoup moins réussie que le roman) : au lendemain d'une catastrophe mondiale, un père et son fils parcourent les routes au milieu d'un environnement dévasté...

La fille qui aimait Tom Gordon de Steven King : facile à lire dès 13-14ans, un roman sans monstre ni créatures imaginaire. L'histoire toute simple d'une enfant qui se perd dans une immense forêt du Maine. Fort suspens...

Into the wild de Jon Krakauer : le roman comme le film de Sean Penn sont réussi. Le thème en est la quête du bonheur à travers l'indépendance et le solitude au milieu de la nature sauvage. Récit basé sur une histoire vraie.

Blindness se Saramango : roman espagnol dont un film a aussi été tiré ( à croire que le thème de la survie passionnent les réalisateurs!). Le récit s'ouvre sur des événements surprenants : un jours, des gens deviennent subitement aveugles, sans raison particulière. Leur survie s'organise peu à peu. Un thème qui n'est pas sans rappeler la pièce de théâtre de Ionesco Rhinocéros...

Sukkwan Island de David Vann : roman américain très récent qui a obtenu le prix Médicis étranger. Une île sauvage du Sud de l’Alaska, accessible uniquement par bateau ou par hydravion, tout en forêts humides et montagnes escarpées. C’est dans ce décor que Jim décide d’emmener son fils de treize ans pour y vivre dans une cabane isolée, une année durant. Après une succession d’échecs personnels, il voit là l’occasion de prendre un nouveau départ et de renouer avec ce garçon qu’il connaît si mal. La rigueur de cette vie et les défaillances du père ne tardent pas à transformer ce séjour en cauchemar, et la situation devient vite incontrôlable. Jusqu’au drame violent et imprévisible qui scellera leur destin. Un grand suspens, un récit très dur cependant.

La veuve de Gil Adamson, premier roman de l'auteur, canadien. Ce roman retrace la fuite de Mary, une jeune veuve de 19 ans. Ce récit se déroule au début du XXème siècle, au coeur de la nature indomptée des Rocheuses  de l'Alberta. Un western au féminin, épique et poétique.

Published by Everina - dans Romans actuels
commenter cet article
18 mars 2011 5 18 /03 /mars /2011 12:22

 

le-jeu-de-l-ange-carlos-ruiz-zafon.jpgJe n'avais pas encore lu de roman de Carlos Ruiz Zafon et Le Jeu de l'ange (publié en France en 2009) était dans ma PAL depuis un bon moment. J'avais entendu beaucoup de bien de L'Ombre du vent, traduit et publié en France quelques années plus tôt. Mais je ne l'avais pas eu entre les mains. Alors, je me lançai dans celui-là avec envie, espérant bien être embarquée dans un "page-turner".

Ce fut le cas dans les premières dizaines de pages. Le récit se déroule à Barcelone au début des années 1920 et la ville et son atmosphère y sont très bien décrites. On a envie de déambuler dans ses rues avec David, le personnage principal, on ressent avec lui la douceur du vent. Quand il entre dans sa librairie préférée pour y trouver refuge, l'odeur des vieux livres nous chatouille le nez... J'ai aussi beaucoup aimé un passage situé au début du récit faisant l'éloge de la lecture. David, encore enfant nous parle de sa passion avec simplicité et on se retrouve un peu en lui : "Les mots et le mystère de leur science cachée me fascinaient et m'apparaissaient comme une clé permettant d'ouvrir un monde infini, bien loin de cette maison, de ces rues et de ces jours opaques où, j'en avais l'intuition, ne m'attendait qu'un avenir sant intérêt" (p. 43 de l'éd. Robert Laffont).

Mais peu à peu, la tournure fantastique des événements m'a dérangée. On a du mal à croire à cette apparition du Diable et surtout, on ne comprend ce qu'Il attend de David. Ce dernier doit écrire un livre pour son nouveau maître afin de sauver sa vie (c'est l'objet du pacte), certes, mais les motivations de l'éditeur venu de l'au-delà sont bien confuses : il faut créer une "nouvelle religion universelle", d'accord mais comment? Dans quel but? On ne le comprend pas vraiment... Le Diable prend pourtant beaucoup la parole pour l'expliquer dans de longs passages assez rébarbatifs avec un vocabulaire si abstrait qu'elles m'ont rapidement fait décrocher et donner l'envie de sauter ces pages ( je ne l'ai pas fait pourtant car j'espérais ne pas rester dans ce flou).

L'écriture aussi est souvent un peu épaisse : je n'aime pas trouver des "de par" dans les romans que je lis...Et enfin, certains personnages très caricaturaux m'ont déplu car leur personnalité, leurs attitudes ne présentent pas de réel intérêt dans l'intrigue. Pour moi, les deux plus inintéressants sont les deux sbires du policier qui mènent l'enquête sur les meurtres qui émaillent le parcours de David. Christina, la femme qu'il aime, me paraît à la fois imprévisible et vraiment caricaturale dans son comportement : que veut-elle? Que cherche-t-elle? Elle ne le sait pas elle-même. Qu'apporte-t-elle à l'intrigue? Aux personnages? A l'inverse, Isabella, l'autre personnage féminin du roman apporte une certaine fraîcheur au texte par son côté anticonformiste et joyeux.

Cette lecture n'est finalement pas désagréable mais elle laisse une dernière impression décevante car les dernières pages racontant la fuite du héros nous font penser aux dernières minutes d'un film d'action hollywoodien : le ton est radicalement différent de celui plus réaliste et plus attirant du début du récit.

Published by Everina - dans Romans actuels
commenter cet article
11 février 2011 5 11 /02 /février /2011 10:17

 

lignes-de-faille.jpgRoman publié en 2006 qui a reçu le prix Fémina.

 

Ce roman est composé de quatre parties qui forment chacune quatre récits distincts mais que l'on peut cependant relier les uns aux autres.

Chaque récit est fait par un narrateur âgé de six ans. Tous sont issus de la même famille, chacun étant le descendant du suivant.

Le roman s'ouvre avec le récit de Sol en 2004. C'est un enfant californien à la personnalité atypique et choyé par sa maman. Le récit suivant est celui de son père, Randall, âgé de six ans en 1982. Il vit à New-York chez ses parents. Sa mère s'occupe peu de lui car elle consacre énormément de temps à des recherches qu'elle mène sur sa famille. Puis, c'est au tour de Sadie, âgée de six ans en 1962. Elle vit à Toronto au Canada chez ses grands-parents. Ceux-ci sont très stricts avec elle, mais un jour sa mère vient la chercher et la libère en l'emmenant vivre avec elle à New-York. Le roman s'achève par le témoignage de Kristina qui, à six ans, est confrontée à la violence de la Seconde Guerre Mondiale. Tous les narrateurs ont une particularité commune : un grain de beauté qui porte bonheur aux uns et malheur aux autres.

Ce roman est passionnant et riche et il aborde avec finesse de nombreux thèmes dont celui du secret de famille.

Published by Everina - dans Romans actuels
commenter cet article
29 janvier 2011 6 29 /01 /janvier /2011 15:22

 

Roman publié en 2005.

Le roman s'ouvre sur le personnage de Franz-Georg : il a perdu une partie de sa mémoire, âgé de 10 ans, il ne se souvient plus de ses 5 premières années de vie. Seul témoin de ce passé : Magnus, son ours en peluche. Nous sommes en Allemagne, dans les derniers moments de la Seconde Guerre Mondiale. Les parents de Franz-Georg changent de nom puis disparaissent l'un après l'autre: tout d'abord, son père s'exile à l'étranger car c'est un Nazi et il risque d'être arrêté. Un jour, sa mère apprend la nouvelle de la mort de son mari et elle meurt quelques temps plus tard. Entre-temps, elle a confié son fils à son frère Lothar qui a emmené ce dernier en Angleterre. Leurs relations restent froides et superficielles. De multiples questions sur son identité le préoccupent. Il a compris une chose : son père nazi a exercé la médecine sur les prisonniers des camps.

Devenu un jeune adulte, amoureux d'une femme qui l'a à peine remarqué, il quitte l'Europe pour le Mexique, sur les traces de son père. Là-bas, il fait la connaissance et s'éprend de May, une femme mariée à un homosexuel. Victime d'une insolation, des bribes de son passé lui reviennent en mémoire. May et lui nouent une relation sereine et épanouissante qui dure une dizaine d'années. Pendant cette période, il découvre qu'il n'est pas le fils de ses parents allemands, que ces derniers l'ont adopté. En hommage à son ours en peluche, il prend le nom de Magnus, changeant une nouvelle fois d'identité. Un jour, May succombe des suites d'une grave maladie et le jeune homme se retrouve seul. Il choisit donc de rentrer en Angleterre, pour prendre soin de son oncle qui a vieilli. Il y retrouve Peggy, son premier amour. Elle vit seule, ayant perdu son mari. Celle-ci cherche un professeur d'allemand. Magnus se propose et ils se voient régulièrement. Ils tombent amoureux et quittent l'Angleterre pour s'installer à Vienne.

Un soir, alors qu'ils dînent dans un restaurant de la ville, Magnus entend et reconnaît la voix de son père : ce dernier, qu'il croyait mort, occupe un table proche de la sienne. Sorti du restaurant, il fait passer un message à son père pour lui faire comprendre qu'il l'a reconnu. L'ancien nazi prend peur et, au volant de sa voiture, il percute Magnus et sa compagne. Peggy est tuée et Magnus reste handicapé. Son père se suicide peu après.

Perdu et fatigué, Magnus s'installe en France où il choisit de vivre dans un endroit retiré. Il fait tout de même la connaissance d'un moine qui l'aidera et l'éclairera avant de mourir à son tour. A la fin du récit, Magnus est devenu assez serein et quitte le monde, reposé, ayant enfin pu laisser les interrogations sur son passé derrière lui.

Published by Everina - dans Romans actuels
commenter cet article
20 novembre 2010 6 20 /11 /novembre /2010 14:00

Très beau roman écrit par une jeune finlandaise (née en 1977).

On est en 1992, au fin fond de L'Estonie (un des 3 petits pays baltes) : le monde soviétique s'est écroulé, mais les fantômes tragiques de l'Histoire hantent encore le présent. Le roman s'ouvre sur une vieille femme, Aliide, qui vit seule, méfiante, presque terrée, dans une campagne reculée, et porte le poids d'un lourd passé. Un jour elle trouve dans son jardin Zara, une fille très jeune et visiblement au bout du rouleau : épuisée, terrorisée, des vêtements en lambeaux... Comment et pourquoi a-t-elle échoué dans ce coin perdu ? La vieille Aliide va-t-elle la recueillir ? Quel lien unit ces deux femmes ? La narration va et vient entre passé et présent, depuis les années 30 jusqu'en 1992, et nous dévoile peu à peu de lourds secrets de famille, liés aux tragédies du XXème siècle : deuxième guerre mondiale, stalinisme.... En sauvant Zara, Aliide va peut-être se racheter...

C'est une histoire violente et très prenante, racontée d'une écriture précise et dense.

Published by Sylvie - dans Romans actuels
commenter cet article
11 novembre 2010 4 11 /11 /novembre /2010 16:35

l_origine_de_la_violence-bonne-taille.jpgIl s'agit du 3ème roman de Fabrice Humbert, publié en 2009 aux éditions du Passage.

Lors d'un voyage scolaire en Allemagne, un professeur de lettres découvre au camp de concentration de BuchenWald la photographie d'un détenu prise en 1941 et dont la ressemblance avec son père le stupéfie et se met à l'obséder.

Malgré la désapprobation de son père, le narrateur décide de comprendre pourquoi cette ressemblance existe et va découvrir petit à petit les secrets conservés dans la famille.

Il faut d'abord s'habituer au style de l'auteur, assez froid, presque violent et passer le cap des premières pages car rapidement ce roman ce roman devient captivant. Au fil des pages, l'intrigue, troublante et dérangeante mêle des passages narratifs  et des réflexions de l'auteur. Celles-ci lui sont inspirées par les informations qu'il découvre sur sa famille au fil de son enquête, mais aussi par ses lectures abordant le thème de la Shoah. Il cite notamment Semprun et Primo Levi et commente leur expérience et leur remarques sur l'enfer qu'ils ont vécu. Certains passages en rapport avec la vie dans les camps sont très violents et mettent vraiment le lecteur mal à l'aise. Mais ils sont nécessaires. Enfin, d'autres thèmes sont abordés, notamment celui de l'héritage -au sens large- et celui de la place de chacun dans la famille et du rôle que l'on doit y tenir.

A noter, ce roman comprend de nombreux éléments autobiographiques, ce qui le rend encore plus fort. Une lecture à la fois passionnante et enrichissante.

Published by Everina - dans Romans actuels
commenter cet article
26 septembre 2010 7 26 /09 /septembre /2010 14:18

rouge-bresil.gifPublié en 2001.

Ce récit se déroule au XVI ème siècle, en grande partie au Brésil ( la première partie du roman est consacrée au voyage en bateau depuis Le Havre jusqu'en Amérique du Sud). Il s'inspire d'un épisode réel de l'histoire de France. L'auteur a imaginé deux personnages, Colombe et Juste ( soeur et frère) et les a fait côtoyer d'autres personnages inspirés de personnes ayant réellement existé ( Villegagnon, le chef de l'expédition par exemple).

L'histoire de l'expédition partie à la conquête du Brésil est retracée et l'auteur raconte ensuite l'installation des Français sur les terres américaines et leurs querelles liées aux oppositions religieuses. Ces hommes craignent les Portugais, leurs concurrents pour la conquête de ces terres mais ils ignorent que depuis leur départ, la France et le Portugal sont en paix. Quelques mois après leur installation, à la suite d'un appel à l'aide de Villegagnon, des Huguenots débarquent dans l'île dans laquelle les membres de l'expédition sont installés. Leurs croyances religieuses sont très fortes et ils veulent convertir l'ensemble des habitants aux coutûmes de leur culte.

Aux Européens s'opposent aussi les Indiens avec leur mode de vie intimement lié à la nature et leur sens de l'harmonie et du sacré ( d'ailleurs, Colombe succombera aux charmes de leur société et décidera de vivre parmi eux,...)

Un roman exotique et très instructif sur cet épisode de l'histoire assez méconnu.

Published by Everina - dans Romans actuels
commenter cet article
24 septembre 2010 5 24 /09 /septembre /2010 11:03

 

classe-de-neige.jpgRésumé du roman ( sans en dévoiler le dénouement)

 

Nicolas est un garçon scolarisé à l'école primaire. Lorsque sa maîtresse réunit les parents pour leur présenter le voyage en classe de neige qu'elle organise pour les enfants de la classe, le père de Nicolas décide que son fils ne s'y rendra pas en car avec le reste du groupe. Il juge que ce moyen de transport est trop dangereux.

Le lendemain de l'arrivée des enfants dans les Alpes, il accompagne donc son fils en voiture. Lorsque Nicolas arrive parmi les autres, il est assez mal à l'aise, d'autant qu'il semble déjà être assez mal intégré dans la classe.

Son père repart en oubliant de laisser sa valise à Nicolas. Le malaise de l'enfant grandit, il n'a pas de vêtements ni d'effets personnels et il ne peut placer sur son lit l'alaise qu'il avait pris soin d'emporter pour protéger son matelas en cas de "pipi au lit". Le soir, il intègre sa chambre, partageant un lit superposé avec le "caïd" de la classe, enfant que tout le monde craint. Il est terrorisé à l'idée de faire pipi au lit et décide de lutter contre le sommeil ( il s'endort cependant).

Le lendemain, le moniteur l'emmène s'acheter le minimum nécessaire de rechange car le père de Nicolas est injoignable et il n'est pas revenu apporter la valise à son fils. Nicolas se demande pourquoi car il a dû forcément se rendre compte de son oubli... Il finit par se dire qu'il a certainement eu un accident et qu'il est mort...

En effet, Nicolas est un jeune garçon angoissé, hanté par les histoires que lui racontent les adultes ( notamment son père, sur d'obscurs trafics d'organes...) et celles qu'il va lire en cachette dans un recueil de nouvelles qui se trouve sur une étagère dans la chambre de ses parents...

Adaptation cinématographique par Claude Miller en 1998.

Published by Everina - dans Romans actuels
commenter cet article
14 septembre 2010 2 14 /09 /septembre /2010 21:51

Promotion pour la page "Les yeux secs de A. Cathrine, résumé détaillé" :

 

les-yeux-secs.pngRoman publié en 1998. Il s'agit du premier texte publié de l'auteur. Edition : Etonnants Classiques.

 

Lire la page "Les yeux secs de A. Cathrine, résumé détaillé".

Published by Everina - dans Romans actuels
commenter cet article

Profil

  • Everina
  • J'adore lire... Je dévore une soixantaine de livres par an, surtout des romans. Je lis des classiques français, des textes actuels et de la littérature anglo-saxonne.
J'aimerais partager mes coups de coeur, mes lectures du moment, mes résumés..
  • J'adore lire... Je dévore une soixantaine de livres par an, surtout des romans. Je lis des classiques français, des textes actuels et de la littérature anglo-saxonne. J'aimerais partager mes coups de coeur, mes lectures du moment, mes résumés..

La liste de Léo, 10 ans

ete-2009-257.jpgLéo est en CM2. Ce qu'il préfère lire, ce sont les ouvrages documentaires. Les techniques, il adore... Cependant, de temps en temps, il se plonge dans un roman. Ah oui,j'oubliais, il adore lire et relire les Tom Tom et Nana.


En ce moment son livre préféré, c'est Comprendre comment ça marche aux éditions  NATHAN.images-copie-2

Il a lu aussi un roman policier : Gare au carnage, Amédée Petipotage, écrit par Jean-Loup Crépeau.
images-copie-3

images-copie-23.jpg

Petit roman portable de Rachel Hausfater et Yaël Hassan: C'est l'histoire -en quelques dizaines de pages- de Chloé qui perd son  portable. Quelqu'un le ramasse et nous voilà en train de suivre le parcours du téléphone...
Ce texte est un dialogue très rythmé entre différents personnages. Il est très facile à lire, le vocabulaire y est très actuel ( un peu comme le téléphone). Et il n'y a aucune description. Impossible de le lâcher avant que Chloé ait enfin retrouvé son objet préféré et indispensable... Lecture-plaisir garantie...
images-copie-57.jpg
En ce moment, il lit La Sixième de Suzie Morgenstern et c'est d'actualité car il ne reste que quelques mois avant de faire le grand saut...

Rechercher

La liste de Roméo, 15 ans

Roméo vient d'eete-2009-137.jpgntrer en seconde en septembre. Ce n'est pas un gros bosseur mais il est passionné par le 7ème art. Alors, au lieu de lire, il préfère regarder des films. je peux vous dire qu'il en a vu! et qu'il en voit encore et encore... Son genre préféré, cest le film d'horreur, d'ailleurs, il adore aussi en tourner. Il imagine des scénarios terribles dans lesquels il met son entourage à contribution. Chacun des membres de la famille a droit à son rôle. Quant aux lieux de tournage... ils dépendent de l'endroit où on se trouve. En Bretagne, dans l'Aveyron, à la maison. Ses films, ou au moins leur bande-annonce sont en ligne...
Heureusement, depuis peu, il se tourne vers d'autres genres...


Bon de temps en temps, il est bien obligé de lire, au moins pour le cours de français.

images-copie-9.jpg


Récemment, il a bien aimé Le Joueur d'échec de S. Zweig.
Il adore Le portrait de Dorian Gray de Oscar Wilde. En plus, il a travaillé sur une adaptation cinématographique en classe...

images-copie-10.jpg

Actuellement, il lit ( de force, pour le lycée ) Les Souffrances du Jeune Werther de Goethe.

Oeuvre tout d'abord anonyme publiée en 1774 par un libraire en Allemagne. Ce récit par lettres fut un scandale, accusé de faire l'apologie du suicide.

Cela n'empêche par le succès du texte, en Allemagne d'abord puis au delà des frontières et Mme de Staël écrira que Werther a causé plus de suicides que la plus belle femme du monde...

Voir le résumé des toutes premières lettres...images-copie-45.jpg

 

Archives

La liste de Salomé, 16 mois...

img719.jpg

















UN LIVRE A LIRE ET A CHANTER

"L'était une petite poule grise ...
images-copie-4.jpg


images-copie-6.jpg
Mais aussi
Un petit livre cartonné...
"Oh! le petit chat!
images-copie-7.jpg
Bonjour, le petit chat!"



images-copie-8.jpg
Sans oublier

La Maison du Petit Chaperon rouge

(éd. Casterman)

"Dans la maison du petit chaperon rouge, le loup s'est déguisé en grand-mère, après l'avoir mangée..."

Des illustrations et un texte rigolos pour revisiter ce conte classique de Perrault.

animôme (l'école des loisirs)images-copie-44.jpg
"Moi c'est Gaston
le p'tit cochon
et j'ai la queue
en tire-bouchon
.
Plein de couleurs, un texte court de quatre vers associé à chaque dessin d'animal à la manière d'une comptine. L'ensemble est joyeux et chantant. Livre cartonné.
Salomé adore et nous le met souvent entre les mains...







ZOOM SUR... Mon coup de coeur

images-copie-46.jpg

images-copie-47.jpgLe mec de la tombe d'à côté
Roman suédois qui traduit en de nombreuses langues. C'est un grand succès, paraît-il ( source : les éditeurs ).
 Paru en 2009 chez Actes Sud. 7,5 euros. 253p.

En ce moment, je lis...


Gatsby le Magnifique

F. Scott Fitzgeraldimages-copie-41.jpg

Que lire au lycée?

Que lire quand on est élève de lycée?
Pas facile  de choisir un livre qui soit sympa et qui permette en même temps de se constituer une petite culture littéraire pour réussir les épreuves du bac.

Voici quelques idées de lectures... réparties en trois catégories :
- pour les "picoreurs",
- pour les "appétits modérés",
- pour les "boulimiques"...