Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 juin 2010 5 18 /06 /juin /2010 13:54

 

le_meilleur_des_mondes.jpgRoman publié en 1932, rédigé par l'auteur anglais A. Huxley en à peine quatre mois. Il s'agit d'une utopie futuriste et pessimiste qui imagine le monde en 2500.

 

L'histoire débute à Londres en l'an 632 de "Notre Ford". Le Directeur de l'Incubation et du Conditionnement (DIC) fait visiter la salle de fécondation à des étudiants qui ont le privilège de le suivre. Il leur explique ce qu'est "le procédé Bokanovsky" qui permet d'obtenir 96 êtres humains à partir d'un seul œuf et qui est un "instrument majeur de la stabilité sociale". Le DIC croise Mr Foster, un jeune homme blond qui passe par hasard près d'eux, et lui propose de les accompagner dans leur visite après lui avoir demandé quelques précisions scientifiques. Ils arrivent ensuite dans la salle des embryons : ceux-ci sont couvés mais surtout ils sont prédestinés et conditionnés. En variant leur oxygénation, on produit différents types d'individus : les Alpha, Béta qui appartiennent aux classes supérieures et les Gamma, Epsilons qui forment les castes les plus basses. Ils visitent ensuite rapidement la salle de décantation avant de se diriger vers les pouponnières. (chap1)

Dans les pouponnières les bébés des castes inférieures sont conditionnés dès leur premier âge pour détester le beau (les fleurs) et les livres pour des raisons de politique économique. Ainsi chaque individu, en fonction de la caste à laquelle il appartient est formaté pour les besoins de l'état. Puis, ils arrivent dans une salle dans laquelle l'éducation morale se fait par "l'hypnopédie", technique qui consiste à diffuser des principes moraux aux enfants pendant leur sommeil. (chap2)

Ils sortent ensuite dehors dans le jardin. Des enfants sont en train de pratiquer des "jeux sexuels rudimentaires". Les DIC apprend aux étudiants qu'auparavant, avant l'époque de leur Ford, ce type de jeux était interdit avant l'âge de 20 ans. Tous sont très surpris et ne comprennent pas pourquoi.

Au cours de sa promenade, le groupe rencontre sa Forderie Mustapha Menier, l'Administrateur, personnage extrêmement important puisqu'il s'agit d'un des dix Administrateurs Mondiaux. Ce dernier rappelle quelques préceptes fondamentaux :"L'Histoire, c'est de la blague", l'horreur de vivre en famille, de la monogamie et des sentiments romanesques.

Pendant ce temps Lenina Crowne, infirmière, arrive dans le vestiaire des dames. Elle retrouve Fanny, une de ses collègues avec qui elle discute. Cette dernière lui apprend qu'elle ne se sent pas très bien depuis quelques temps et que le docteur lui a conseillé de prendre un "Succédané de Grossesse". Lénina, de son côté, sort depuis environ 4 mois avec Henry Foster. Fanny est très surprise par cette relation qui dure et par la fidélité des amants l'un envers l'autre. Elle conseille à Lenina de se laisser courtiser par d'autres hommes car le directeur n'apprécierait pas ce genre de relation stable s'il en était informé. Lenina accepte et dit qu'elle fera les efforts qu'il faut, elle a d'ailleurs des vues sur Bernard Marx, un Alpha-Plus, ingénieur en hypnopédie.

De son côté Henry Foster parle avec le Prédestinateur-Adjoint de Lenina. Ce dernier annonce qu'il a bien l'attention d'avoir la jeune fille. Bernard Marx entend ce qu'ils disent et pâlit, il trouve choquant que l'on parle de la jeune fille comme d'un morceau de viande. Les conversations des uns et des autres s'enchaînent,, se croisent jusqu'à la fin de chapitre 3. (chap3)

Lenina entre dans l'ascenseur dans lequel de nombreux hommes qu'elle a fréquentés se trouvent. Elle se dirige vers Bernard Marx et lui demande devant tout le monde si leur projet de voyage ensemble au Nouveau-Mexique tient toujours. L'homme est très gêné et elle sort avant qu'il n'ait le temps de lui répondre. Elle rejoint Henry qui l'emmène en hélicoptère faire un tour de Golf-Obstacles. (chap4, I)Bernard est un homme curieusement anormal : il souffre, est mal dans sa peau et ses relations sont parfois difficiles avec ses congénères. (chap4, II)

Lenina et Henry quittent le golf et se rendent chez le jeune homme. Ils descendent dans la salle à manger commune. A la fin du repas, ils prennent des comprimés de soma, une drogue euphorisante légale. Puis, ils se rendent au cabaret. Après avoir dansé et connu un bonheur  euphorique, accentué par de nouvelles doses de soma, ils rentrent chez Henry. (chap5, I) Bernard se rend à la chanterie pour un office de solidarité (une cérémonie religieuse dédiée à Ford). Il s'installe et avoue à sa voisine qui l'interroge qu'il n'a pas joué de la journée, ce qui provoque un silence gêné. Lorsque la cérémonie commence, il y reste étrangement étranger malgré la consommation de soma. A l'issue de cet office, il se sent misérablement seul et isolé. (chap5, II)

Lenina se demande si c'est une bonne idée de partir en  voyage avec Bernard. Elle le trouve bizarre : il revendique une intimité, il refuse de prendre des comprimés de soma quand il est triste, critique l'éducation qu'ils reçoivent dès leur plus jeune âge... mais il a la possibilité de l'emmener dans la réserve sauvage du Nouveau Mexique et elle a très envie de s'y rendre. (chap6, I) Alors que Bernard se rend chez le directeur, il est reçu avec froideur : c'est à contre-coeur que le directeur lui signe l'autorisation pour aller dans la réserve sauvage. Cependant, son supérieur lui raconte un anecdote vécue lors de sa visite dans cette réserve, il y a une vingtaine d'années. La femme qui l'accompagnait a subitement disparu et on ne l'a jamais retrouvée. Puis, il se met en colère, regrettant d'avoir raconté cet épisode. Il menace Bernard de le faire changer de lieu de travail s'il n'est pas plus respectueux des règles de convenances : il lui promet l'Islande. Bernard prend la menace de haut. ( chap. 6, II).  Bernard et Lenina arrivent près de la Réserve. Bernard se souvient qu'il a laissé un robinet ouvert et appelle son ami Helmholtz Watson. Ce dernier lui apprend qu'il va être expédié en Islande. (chap6, III)

Bernard et Lenina marchent dans la réserve avec leur guide ( qu'elle trouve bizarre). Ils rencontrent des Indiens, découvrent leur milieu de vie. Lenina est dégoûtée par la saleté des lieux et horrifiée lorsqu'elle aperçoit le physique d'un vieil homme ou lorsqu'elle assiste à une scène d'allaitement. Cependant, l'espace d'un instant, elle est envoûtée par la musique des tambours; puis elle est de nouveau choquée par le spectacle d'une cérémonie de sacrifice. Ni l'un, ni l'autre n'ont de soma pour se réconforter.

Ils rencontrent un homme qui aurait aimé être le sacrifié de cette cérémonie. Celui-ci leur raconte son histoire : sa mère, une Civilisée, est entrée dans la Réserve, accompagnée de son amant civilisé de l'époque, mais elle était enceinte de lui et s'est sentie obligée de rester ( on accouche pas chez les Civilisés, les enfants sont créés dans des éprouvettes). Bernard comprend que celui qui l'accompagnait est le DIC qu'il connaît (Thomas) et qu'il a en face de lui son fils qui est né dans la réserve à Malpais.

De son côté, Lenina converse avec Linda, la mère. Elle trouve la vieille femme répugnante. Cette dernière lui raconte comme elle a du mal à s'adapter à la vie dans le réserve mais qu'elle n'avait pas d'autre choix. (chap. 7)

John raconte à Bernard la manière dont sa jeunesse s'est déroulée : il ne tolérait pas les visites des hommes dans la chambre de sa mère. Celle-ci buvait beaucoup pour pouvoir supporter ses difficiles conditions de vie. Popé est l'homme qui vient voir sa mère le plus régulièrement. L'enfant le déteste. Un jour, John le tue alors qu'il est endormi à côté de sa mère. Plus tard, la femme dont il est tombé amoureux éouse un autre homme. John se sent mal et en fait part à Bernard.

Bernard demande à John s'il aimerait venir avec eux chez les Civilisés. Le jeune homme accepte et propose de faire aussi rentrer sa mère. Il est fou de joie à l'idée de découvrir leur monde et de pouvoir continuer à fréquenter Lenina qui le fascine. (chap. 8)

Bernard obtient les autorisations nécessaires pour faire entrer John et Linda dans le monde des Civilisés. John parvient à entrer dans la chambre de Lenina qui est endormie ( elle a pris plusieurs comprimés de soma). Il est fasciné par sa beauté et par tout ce qui la concerne. (chap. 9)

Le directeur et Henry Foster annoncent à Bernard qu'il est envoyé en Islande car il présente un danger pour la société. Aussitôt, ce dernier leur annonce qu'une raison l'empêche de partir et il fait entrer Linda, puis son fils. La femme reconnaît son ex-compagnon et l'accuse publiquement de l'avoir mise enceinte. Son fils l'appelle "Mon père" de manièree obsène et insistante. (chap. 10)

Linda passe son temps au lit abrutie par des quantités de soma qu'on lui laisse prendre à volonté. Bernard devient une personne importante et considérée. John visite les lieux stratégiques du monde civilisé ( usines, bibliothèque, école, ...). Bernard rédige un rapport sur le comportement et les réactions face a du Sauvage face au monde qu'il découvre.

Lenina est attirée par John mais celui-ci ne la touche pas, y compris à l'issue d'une sortie au cinéma odorant qu'ils font ensemble. (chap. 11)

John refuse de se rendre à une rencontre organisée par Bernard avec d'autres Civilisés dont Lenina. Celle-ci est très déçue. Pendant ce temps, le Sauvage lit Romeo et Juliette.

Helmholtz, avec qui Bernard s'est réconcilié) et le  sauvage éprouvent de la sympathie l'un pour l'autre et Bernard en est jaloux. Il manigance des petites vengeances. (chap. 12)

Déterminée, Lenina se rend chez John pour le séduire. Rapidement, il lui déclare son amour mais elle le trouve très bizarre et ne comprend pas toute la démonstration de sa passion. Elle se déshabille pour se donner à lui mais il prend peur et la repousse brutalement. (chap. 13)

John se rend au chevet de sa mère mourante. Il est profondément attristé par son état et chasse un groupe d'enfants présents sur les lieux en vue du conditionnement à la mort. L'infirmière ne comprend pas son attitude, pour elle la mort est un fait, rien de plus. Linda meurt après avoir appelé Popé, semi-consciente. (chap. 14)

Dans l'hôpital, John assiste à la distribution de soma aux Deltas. Il interpelle les hommes qui font la queue pour obtenir leurs comprimés : il leur dit de ne pas prendre cette drogue qui empêche leur liberté. Bernard est appelé pour tenter de calmer la sauvage. Helmholtz se place du côté de John. Après avoir hésité, Bernard se joint aux deux hommes. Tous trois sont arrêtés. (chap. 15)

Mustapha Menier cherche à comprendre le comportement du sauvage. John lui explique qu'il n'aime pas leur société. Il propose d'en changer certains aspects mais on lui répond que c'est impossible. Helmholtz est envoyé dans les Iles Falkland. (chap. 16)

Mustapha et John poursuivent leur conversation philosophique. Ils abordent le thème de la religion. (chap. 17)

Le sauvage se retire dans un phare, loin de la société des Civilisés, après avoir acheté de quoi subvenir à ses besoins. Quelques temps plus tard, il est dérangé par un reporter qu'il chasse d'un coup de pied. Tous ceux qui s'approchent sont immédiatement repoussés par John. Il s'inflige des châtiments corporels quand il a des pensées impures (Lenina). Un reporter parvient à son insu à tourner un reportage sur lui, le film remporte un grand succès. Alors, une nuée d'hommes arrivés par hélicoptère se présentent, accompagnés d'une femme, avides d'observer le spectacle d'auto-flagellation du sauvage. Lors de leur dernière visite, ils repartent bredouilles... (chap. 18)

 

Repost 0
Published by Everina - dans Science fiction
commenter cet article
17 juin 2010 4 17 /06 /juin /2010 20:17

les bonnesPièce écrite en 1947.

Cette pièce a inspiré Claude Chabrol pour la réalisation de La Cérémonie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(Les bonnes ont changé de rôle)

Claire joue Madame. Solange joue le rôle de Claire et/ou de Solange.

Madame se croît accusée par ses domestiques d'avoir entraîné l'emprisonnement de Monsieur et elle s'en défend. Elle est très agressive et s'en prend tour à tour à l'une ou l'autre. Puis Solange se rebiffe : "J'en ai assez d'être un objet de dégoût. Moi aussi je vous hais". Claire devient elle-aussi agressive. C'est la "révolte des bonnes". La maîtresse est accusée de convoiter Mario le laitier - qu'une des bonnes semble apprécier. Alors que Solange semble être sur le point d'étrangler sa maîtresse, le réveil sonne (il annonce l'arrivée imminente de Madame).

Toutes deux retrouvent leur rôle de bonne. Les deux femmes sont soeurs, Solange est l'aînée. Elles remettent tout en place avant l'arrivée de Madame. On apprend que c'est Claire qui a rédigé la lettre qui a débouché sur l'arrestation de Monsieur. Solange espère la mort de sa maîtresse pour hériter. Les soeurs se mettent à se disputer. Claire accuse Solange d'aimer Monsieur. Leur discussion est pleine de haine. Solange reconnaît qu'elle a voulu étrangler madame, mais qu'elle n'est pas allée jusqu'au bout.

Le téléphone sonne : il s'agit de Monsieur. Il apprend à Claire qui a décroché que le juge le laisse en liberté provisoire. Elles prennent peur d'être découvertes : l'une pour avoir envoyé Monsieur en prison, l'autre pour avoir tenté d'étrangler Madame.

Claire décide de tuer leur maîtresse en plaçant du gardénal dans sa tisane de tilleul. Solange quitte la scène, Madame entre. (P. 65) Elle affirme qu'aimant Monsieur, elle le soutiendra jusqu'au bout, qu'il soit coupable ou non des vols dont on l'accuse. Son chagrin l'accable. Elle affirme l'affection qu'elle porte aux bonnes et confirme qu'elles seront son héritière. Solange apporte le tilleul mais Madame ne le boit pas. Elle se rend compte que le récepteur du téléphone n'a pas exactement la même place et les bonnes sont obligées de lui dire qu'il a appelé et qu'il l'attend au "Bilboquet". Madame sort.

Solange reproche à Claire de ne pas avoir su faire boire la tisane à Madame. Toutes deux paniquent, certaines qu'elles vont être découvertes.

(Claire reprend le rôle de Madame, Solange joue tour à tour l'une ou l'autre des deux bonnes) (P. 96)

Madame -Claire- tient des propos très violents sur les domestiques. Solange se dirige vers elle. Claire et Madame semblent se confondre, elles prennent peur face à sa femme qui veut les tuer - elle et son rôle. Puis Claire demande à Solange de lui verser son tilleul mais cette dernière refuse. Finalement, elle se laisse convaincre et sert la tisane à sa soeur.

Claire est allée jusqu'au bout : elle a joué le rôle de Madame jusqu'à la mort.

Repost 0
14 juin 2010 1 14 /06 /juin /2010 09:42

Micromegas.gifConte philosophique paru en 1752.

Ce conte décrit la visite de la terre par un être venu de la planète Sirius nommé Micromégas.

 

Micromégas est un géant de 32 km de haut, jeune savant parlant 1000 langues, vivant quelques millions d'années et habitant la gigantesque planète Sirius. A la suite de travaux scientifiques contestés par les fanatiques du clergé de sa planète, il doit s'exiler : il est condamné à ne pas se présenter à la cour pendant de longues années. C'est alors qu'il décide de voyager dans l'univers en espérant découvrir un monde meilleur.

Il se rend sur la planète Saturne et se moque tout d'abord de la petite taille de ses habitants ( 2 km de haut). Il perd néanmoins son sentiment de supériorité en s'apercevant qu'un "être pensant peut fort bien n'être pas ridicule pour n'avoir que 6000 pieds de haut". Il se lie d'amitié avec un habitants de Saturne, secrétaire de l'académie des sciences. Ensemble, ils quittent Saturne. Ils se rendent sur Jupiter, puis sur Mars.

Ils reprennent leur route en s'entretenant des sujets les plus divers et arrivent sur la terre sans même s’apercevoir de l'existence de ses habitants dont les proportions sont si réduites qu'elles échappent à leurs sens. Ils font d'un diamant une sorte de loupe qui leur permet de découvrir l'espèce humaine. Arrivés en plein océan arctique, ils rencontrent un navire qui revient d’une exploration du cercle polaire. Saisissant le bateau dans sa main, Micromégas entreprend de communiquer avec les savants du bord, qui apparaissent comme autant d’insectes conscients. S’ils parlent fort bien de sciences ou de métaphysique, ces microbes hélas, sont plus inquiétants lorsqu’ils exposent leurs idées philosophiques : ils soutiennent que leur pouvoir vient d'un Dieu qui a créé l'univers pour les hommes. Une tempête soudaine interrompt le colloque : tout disparaît aux yeux des voyageurs jusqu'à ce que Micromégas retrouve dans une poche de sa culotte le vaisseau ainsi que l'équipage, auquel il adresse des paroles pleines de bonté tout en déplorant l'orgueil ridicule de ces êtres minuscules.

Effrayés et déçus par ces petits hommes grotesques et imbus d’eux-mêmes, les deux géants reprennent leur route interstellaire en laissant tout de même à la Terre un livre, qui apparait finalement vierge aux terriens. La métaphysique est vaine parce que l'homme ne peut trouver de solution à un Univers qui le dépasse, c'est le sens de la parabole du livre blanc qui clôt le conte. L'homme doit esquiver la tentation de rechercher la vérité absolue: la raison du monde échappe à l'intelligence humaine. Micromégas s'achève sur une leçon d'humilité.

 

Repost 0
9 juin 2010 3 09 /06 /juin /2010 16:19

 

illusion-comique.gif

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Première représentation en 1635 au Théâtre du Marais à Paris

 

Cette comédie est une réflexion sur le théâtre et l'illusion (comique) à travers une métaphore filée renvoyant au public, aux rôles du dramaturge, aux genres et aux lieux communs du théâtre.

 

Résumé

 

Pridamant est très inquiet car il n'a aucunes nouvelles de son fils Clindor depuis plus de 10 ans. Son ami Dorante lui conseille d'aller consulter Alcandre, un grand magicien. Ce dernier, dans sa grotte, va lui retracer tous les périples de son fils en ouvrant un immense rideau qui donne accès à une scène.

Pridamant découvre alors que Clindor, qui a fui depuis longtemps la sévérité de son père, est le suivant d'un capitan, fanfaron et lâche, amoureux d'Isabelle. Ce que le capitan Matamore ignore, c'est que Clindor et Isabelle sont amants. Pridament est spectateur des aventures amoureuses de son fils qui font de celui-ci un meurtrier puis un condamné à mort emprisonné, jusqu'à ce que Isabelle et sa suivante Lise le sortent de sa cellule avec la complicité du geôlier.

Alcandre lui montre alors la vie actuelle de son fils devenu grand seigneur et qui trompe sa femme avec l'épouse du roi. Mais leur amour coupable est découvert et le mari jaloux fait poignarder Clindor.

Pridamant, au bord du désespoir, découvre alors que tout ces personnages se relèvent et partagent l'argent gagné pendant la représentation. En fait, Clindor est comédien et a joué devant son père une tragédie. Tout heureux, Pridamant s'appête à "voler" vers Paris pour y retrouver son fils.

 

Repost 0
2 juin 2010 3 02 /06 /juin /2010 14:14

Aperçu de la page “Martin Eden de Jack London, présentation et résumé complet” :

Roman largement autobiographique qui aborde les thèmes de l'écriture littéraire, de l'ascension sociale due à un travail acharné et de l'amour passionné d'un homme pour une femme appartenant à une…

Lire la page “Martin Eden de Jack London, présentation et résumé complet”

Repost 0
Published by Everina - dans Romans du XXème
commenter cet article
2 juin 2010 3 02 /06 /juin /2010 13:57

Aperçu de la page “Thérèse Raquin, Emile Zola, résumé assez détaillé” :

images-copie-5Thérèse Raquin est l'enfant d'une union entre un capitaine de l'armée française en Algérie et d'une femme africaine. Sa mère meurt. A deux ans, Thérèse est confiée à sa tante (la soeur de son père)…

Lire la page “Thérèse Raquin, Emile Zola, résumé assez détaillé”

Repost 0
Published by Everina - dans Romans du XIXème
commenter cet article
2 juin 2010 3 02 /06 /juin /2010 12:32

Aperçu de la page “Fahrenheit 451, Ray Bradbury, résumé détaillé et complet” :

images-copie-42Fahrenheit 451: température à laquelle le papier s'enflamme et se consume.

 

Première partie : Le foyer et la salamandre

Dans la nuit, le pompier Guy Montag marche sur la route pour rentrer chez…

Lire la page “Fahrenheit 451, Ray Bradbury, résumé détaillé et complet”

Repost 0
Published by Everina - dans Science fiction
commenter cet article
25 mai 2010 2 25 /05 /mai /2010 17:27

ll faut absolument lire ou relire les romans de Marcel Aymé, écrivain majeur et mal connu. Uranus, par exemple, qui est à mon avis un de ses meilleurs livres. On est à Blémont, bourgade provinciale, quelques mois après la Libération. Une partie de la ville a été détruite, et les familles doivent s'entasser à plusieurs dans le même appartement, tandis que les cours ont lieu dans les cafés. C'est ainsi que Leopold, ancien lutteur de foire qui ne dépasse  jamais ses 12 litres de blanc par jour, découvre Racine et la malheureuse Andromaque. Emporté par sa passion, il se découvre poète :

LEOPOLD

Passez-moi Astyanax, on va filer en douce

Attendons pas d'avoir les poulets à nos trousses.

ANDROMAQUE

Mon Dieu, c'est-il possible. Enfin voilà un homme !

Voulez-vous du vin blanc ou voulez-vous du rhum ?

Cependant l'ambiance est aux intrigues et aux règlements de comptes : les communistes usent de leur influence, les anciens pétainistes rasent les murs, tandis que les trafiquants enrichis blanchissent leur argent en achetant des Picasso. L'ingénieur Archambaud doit loger Gaigneux, militant communiste, et le professeur Watrin, dont les nuits terrifiantes expliquent le titre du livre. Dans l'appartement déjà surpeuplé, il va bientôt falloir cacher Maxime Loin, ancien collabo...

Il n'y a pas de héros chez Marcel Aymé, pas non plus de salauds absolus, rien que de pauvres bougres qui se débattent comme ils peuvent avec leur condition humaine. Son regard est profondément pessimiste et désenchanté, mais il s'accompagne aussi de tendresse et d'un humour ravageur, le tout dans une langue classique d'une grande fluidité.

Uranus a été adapté au cinéma il y a quelques années, avec Depardieu dans le rôle de Léopold et Noiret dans celui de Watrin. C'était un bon film, fidèle au livre, quoique moins puissant que lui.


Repost 0
Published by Sylvie - dans Romans du XXème
commenter cet article
21 mai 2010 5 21 /05 /mai /2010 09:23

une-vie.jpgCe roman de Guy de Maupassant a été publié en feuilleton à Paris en février et mars 1883. Il a été publié en volume la même année.

 

 

Résumé détaillé ( par chapitre)

 

CHAPITRE I

Jeanne, 17 ans, fille d'aristocrates normands, quitte le couvent dans lequel elle séjourne depuis quelques années : ses parents ont voulu la meilleure éducation possible. Ils sont venus la chercher et, malgré une grosse pluie, ils prennent la route en direction de la demeure familiale située près du village de Yport, "Les Peuples". La liberté retrouvée de Jeanne lui fait ressentir un grand bonheur et elle redécouvre sa maison d'enfance, la nature qui l'entoure et son ancienne chambre avec joie. Ses parents aussi sont heureux, particulièrement son père qui lui fait visiter le domaine familial avec une grande fierté. Tout est harmonieux et doux, elle admire son environnement et se prend à rêver d'amour.

 

CHAPITRE II

"Une vie charmante et libre commença pour Jeanne." La jeune fille adore la nature qui l'entoure et en profite pleinement. Adélaïde, sa mère, a des problèmes de santé, elle est obèse et se plaint de "son hypertrophie".

Un après-midi, l'abbé Picot se présente chez eux. Lors du dîner, il évoque en des termes élogieux Monsieur le vicomte de Lamare, fils du vicomte du même nom, décédé l'an passé. Il indique que le jeune homme s'ennuie dans le pays. A ces mots, le père de Jeanne dit au curé d'amener le vicomte chez eux.

 

CHAPITRE III

 

A la sortie de la messe, le curé présente le vicomte à Jeanne. Ce dernier est ensuite invité à se rendre dans la demeure familiale quelques jours plus tard. Lors de leur premier repas partagé, le vicomte plaît aux parents de Jeanne et ses visites au "Peuples" deviennent régulières. Une certaine complicité naît entre les deux jeunes gens. Lors d'une sortie en mer vers Etretat, ils deviennent plus proches l'un de l'autre. Jeanne en rentrant le soir se demande si le vicomte est celui qu'elle attend.

Quelques temps plus tard, le vicomte demande Jeanne en fiançailles lors d'une cérémonie organisée à l'insu de celle-ci : en mer, sur un bateau décoré de rubans, entourés par un paysage magnifique. Elle accepte sans hésiter. Elle lui demande son prénom et apprend qu'il s'appelle Julien. Enfin, il veut savoir si elle veut l'épouser. D'un regard, elle lui fait comprendre que sa réponse est positive.

 

CHAPITRE IV

Monsieur le vicomte demande la main de Jeanne à son père. Le mariage est préparé, il a lieu en comité restreint. Le seul membre de la famille – en dehors des parents de Jeanne – est tante Lison, une vieille fille, timide et effacée. Jeanne est heureuse.

La nuit de noces est cependant un moment difficile pour la jeune fille : apeurée, elle se donne à son mari, surprise et sans éprouver aucun plaisir.

 

CHAPITRE V

Quatre jours plus tard, les jeunes mariés partent en voyage de noces en Corse. Au début, Jeanne est assez distante, ne comprenant ni n'appréciant l'attirance physique de son mari à son égard. Un jour, cependant, alors qu'ils s'enlacent dans la magnifique nature corse qui plaît tant à Jeanne, la jeune femme découvre le plaisr des sens et ressent un véritable élan d'amour pour son mari. Elle est tout autant émerveillée par la beauté des paysages.

Juilen, lui, semble être plus matérialiste, moins rêveur : il compte son argent, cherche à réaliser des économies sur les pourboires. Il semble avoir changé, il se montre fatigué et peu à peu indifférent à sa femme. Il lui demande l'argent que les parents de celle-ci lui ont remis avant son départ. Elle accepte. Mais, plus tard, quand elle souhaite récupérer cette somme pour faire quelques dépenses sur le chemin du retour à Paris, il ne lui donne que cent francs ( sur les deux mille francs initiaux) et lui recommande de ne pas les gaspiller. Ainsi, elle restreint ses dépenses en achetant qu'un petit pistolet qu'elle avait promis à une femme corse rencontrée pendant le voyage.

CHAPITRE VI

Jeanne et Julien rentrent aux "Peuples". C'est la fin de l'automne. Le jeune femme est tout d'abord triste et nostalgique, elle s'ennuie. Puis, peu à peu, la routine rythme ses journées et elle retrouve un certain élan. Julien s'occupe peu d'elle, il passe beaucoup de temps avec le baron à s'occuper de ses affaires. Il est de plus en plus distant avec la jeune fille et ne la retrouve dans sa chambre que rarement.

Le jeune homme accorde une grande importance à l'image que renvoie la famille. Ainsi, il fait repeindre les écussons des deux portières de la calèche. Parallèlement, il fait des économies sur le personnel et deux vieux chevaux tirent la voiture. Il est très sérieux et accuse la famille de Jeanne d'avoir gaspillé sa fortune. Il engendre une ambiance glaciale. Ils font une visite à une famille noble des alentours mais celle-ci tourne court car ils n'ont rien à se dire. Au moment de repartir, plus tôt que prévu, le cocher a disparu. Lorsqu'il réapparaît, Julien le rue de coups. Le père de Jeanne est obligé de se fâcher pour qu'il s'arrête.

L'ambiance est triste et morose. Les parents de Jeanne quittent leur demeure pour s'installer à Rouen.

 

CH1APITRE VII

 

Julien prête peu d'attention à Jeanne, consomme de plus en plus d'alcool et semble totalement absorbé par ses affaires. Il fait des économies sur tout, c'est un être dur et froid. Jeanne, de son côté, se tait pour éviter le conflit et passe seule de bons moments.

Rosalie, sa soeur de lait, domestique dans la maison depuis toujours, est depuis quelques temps effacée et paraît triste. Un jour qu'elle se trouve dans la chambre de sa maîtresse,elle est prise de violentes douleurs : elle est en train d'accoucher. Jeanne, voyant la détresse de la jeune femme veut lui venir en aide mais Rosalie refuse obstinément de lui indiquer le nom du père de l'enfant. Le bébé est placé en nourrice. La domestique n'est pas chassée du foyer grâce à l'intervention de Jeanne contre la volonté de son mari.

Une nuit, Jeanne se sent mal. Elle appelle Rosalie mais n'obtient pas de réponse. Alors, elle décide d'aller chercher du réconfort dans la chambre de Julien. Lorsqu'elle entre dans la pièce, elle trouve Rosalie dans le lit de son mari. Choquée et désespérée, elle s'enfuit dans la campagne glacée. Puis, elle pense à ses parents et se calme, oubliant l'idée de suicide qui l'a traversée. Elle est ensuite conduite dans sa chambre où elle passe plusieurs jours à délirer. Lorsqu'elle se réveille, elle annonce à ses parents – qui sont arrivés plus tôt – la cause de ses soucis. Sa mère ne la prend pas au sérieux. Son père propose de faire témoigner Rosalie devant le curé ( pour lui interdire le mensonge). La pauvre fille avoue tout : Julien a des relations avec elle depuis le jour où il a franchi le seuil de la maison.

Les parents éprouvent de la colère mais l'abbé les calme en disant que la conduite du jeune homme est celle de tous les hommes de la campagne normande. Finalement, cet argument est accepté. Jeanne est épuisée, d'autant qu'elle est enceinte (elle l'a appris à son réveil).

Il est décidé que Rosalie sera installée dans la ferme de Barville qui appartient au baron. Le curé promet de se charger de lui trouver un mari pour régulariser sa situation.

 

CHAPITRE VIII

Julien passe beaucoup de temps à faire des promenades à cheval ( il s'agit de sa nouvelle occupation favorite). Un après-midi, le couple reçoit la visite d'un couple de notables, les Fourville. Pour l'occasion, Julien soigne son apparence physique. Jeanne est séduite par la jeune femme. Ils promettent de se revoir.

Deux mois plus tôt que prévu, Jeanne accouche en souffrant beaucoup. Elle est prise d'une folle passion pour son fils à tel point que l'enfant est confié à une nourrice : Julien souhaite ainsi diminuer l'intensité de l'amour que sa femme porte à leur enfant. De son côté, Julien n'éprouve aucune attirance pour le nouveau-né.

Un peu plus tard, Julien est pris d'une grande colère quand il apprend que des terres ont été données à Rosalie et à son enfant. Il demande aux parents de Jeanne de revenir sur leur décision, mais ceux-ci refusent. Rosalie trouve ainsi un mari.

Les parents de Jeanne repartent à Rouen.

 

CHAPITRE IX

Julien et Jeanne rendent visite aux Fourville. Le jeune homme semble être un familier des lieux. Quelques jours plus tard, ils se rendent chez les Coutelier, qui passaient pour la première famille noble des environs. Mais les relations restent froides et guindées. Il est décidé qu'ils n'y retourneront pas. Ils fréquentent cependant régulièrement les Fourville.

Un jour de printemps, Jeanne a une révélation : elle réalise que Julien et Gilberte Fourville sont amants. Elle en a la preuve très rapidement. Elle fait celle qui ne sait rien.

A l'arrivée de ses parents, Jeanne est effondrée quand elle aperçoit sa mère : celle-ci semble avoir beaucoup vieilli et elle est très affaiblie et ne peut quasiment plus se déplacer. Le baron doit s'absenter du domaine. Alors, que Jeanne est partie en promenade, on l'appelle : sa mère est au plus mal. Celle-ci est en fait décédée. Les obsèques sont organisées. Jeanne est très affectée par cette mort. En veillant sa mère, elle a tout à coup l'idée d'ouvrir le coffre à reliques de celle-ci. Elle y découvre une correspondance qui la choque : elle comprend que sa mère a été la maîtresse d'un des meilleurs amis des parents de Jeanne.  Elle brûle toutes les lettres.

CAHPITRE X

Les jours sont monotones et Jeanne fait peu à peu le deuil de sa mère, écrasée par le souvenir de ce qu'elle a découvert. Parallèlement, lui vient un nouveau besoin : celui d'avoir une fille. Or, elle n'a plus de relations avec son mari depuis qu'elle a eu connaissance de la relation qu'il a eue avec Rosalie. Elle ne sait comment faire. Alors, elle va demander  conseil au curé qui lui promet d'intervenir auprès de Julien.

Julien retourne dans dans le lit de Jeanne, mais il prend ses précautions car il ne veut absolument pas d'autre enfant. Jeanne est désespérée. Elle retourne voir le curé qui lui conseille de faire croire qu'elle est enceinte pour que son mari cesse de prendre toute précaution. C'était une bonne idée : Jeanne tombe enceinte. Elle ferme maintenant la porte de sa chambre à son mari.

Un nouvel abbé vient remplacer le précédent. Il a un caractère très différent et prône une pratique très rigoureuse de la religion. Le baron n'aime pas les pratiques de cet homme et l'indique à sa fille. Jeanne se rapproche de l'homme d'église et devient une fidèle pratiquante. Mais peu à peu, il s'immisce dans la vie privée de tous et croit apprendre à Jeanne que son mari a une maîtresse. Elle ne réagit pas et l'homme d'église la critique à ce sujet. Il va ensuite prévenir le mari de Gilberte Fourville. Ce dernier, fou de rage, découvre la cabane dans laquelle les deux amants se sont retrouvés et il la fait basculer dans un précipice. Ils sont retrouvés morts tous les deux.

Jeanne, très choquée par la mort de son mari, accouche d'un enfant mort : une fille.

CHAPITRE XI

Commence une série d'années monotones et douces. Jeanne vit avec sa tante Lison et son père. Tous trois ne se consacrent qu'au fils de Jeanne qui est devenu le centre de tous les intérêts. L'enfant - surnommé Poulet-  est surprotégé et élevé loin des contraintes sociales (il ne fait pas sa communion alors qu'il en a l'âge).

Il finit tout de même, à l'âge de douze ans par entrer en pensionnat dans un collège du Havre. Son absence désespère sa mère qui ne cesse d'aller le voir. Ses résultats ne sont pas brillants.

Les années passent et c'est maintenant Paul qui rend visite à sa famille aux "Peuples". L'enfant devient adulte et semble être de moins en moins intéressé par ses visites au domaine familial.

Un jour, Jeanne reçoit la visite d'un huissier qui vient se faire régler des dettes que Julien a contractées. Commence alors une nouvelle période : le jeune homme a arrêté les études, a une relation avec une femme et accumule les dettes ( que sa famille rembourse régulièrement). Ses visites sont très rares et il ne contacte ses parents uniquement quand il a besoin d'argent. Il séjourne à Paris et en Angleterre.

Le baron meurt d'une attaque d'apoplexie. Quelques temps plus tard, c'est au tour de Tante Lison. Jeanne, seule, s'effondre au cimetière. Elle est relevée et soignée par une femme qu'elle ne reconnaît pas dans un premier temps : il s'agit de Rosalie.

Les deux femmes se retrouvent et passent une nuit à parler, évoquant tout ce qui s'est passé pendant cette vingtaine d'années qui les a séparées. Rosalie affirme qu'elle a été assez heureuse. Elle est veuve maintenant, son fils a grandi et s'est marié. La ferme a été bien entretenue.

Rosalie annonce à Jeanne qu'elle va rester près d'elle, et cela, sans gage car la mère de  Paul n'a presque plus d'argent.

 

CHAPITRE XII

Rosalie prend totalement en charge Jeanne. Elle lui indique qu'elle doit cesser d'envoyer de l'argent à Paul et que le domaine des "Peuples" doit être vendu. Jeanne prépare son déménagement et quitte les lieux avec beaucoup de tristesse.

CHAPITRE XIII

les deux femmes s'installent dans une maison bourgeoise de Batteville. Les mois passent et Paul n'est toujours pas venu. Jeanne lui écrit une lettre pour lui demander de revenir. Il lui répond en lui demandant l'autorisation de se marier avec la femme qu'il aime. Jeanne refuse et part à Paris à sa recherche par le train. Arrivée dans la capitale, elle ne le trouve pas : il a déménagé, laissant derrière lui de nombreuses dettes qu'elle paie. Rosalie, mise au courant de la situation demande à Jeanne de rentrer.

CHAPITRE XIV

La vie est très monotone. Jeanne ne sort plus, ne bouge plus. Elle vit dans le souvenir de son passé qu'elle tente de reconstituer minutieusement. En rentrant d'une visite aux "Peuples", elle découvre une lettre de Paul qui lui demande de l'aide : sa femme qui vient d'accoucher d'une petite fille est en trian de mourir, et il ne sait pas quoi faire de l'enfant.

Rosalie propose d'aller chercher l'enfant et part par le train. Là-bas, elle arrange la mariage de Paul ( pour l'enfant) et elle rentre avec le bébé. Quand Jeanne les accueille, une émotion infinie l'envahit. Une nouvelle vie semble commencer pour les deux femmes.

Repost 0
Published by Everina - dans Romans du XIXème
commenter cet article
12 mai 2010 3 12 /05 /mai /2010 16:36

arthur_george.jpgRoman publié en 2007 par l'auteur anglais Julian Barnes.

Le récit est à deux voix : celle de Sir Arthur Conan Doyle, le célèbre écrivain et celle de George Edalji, un avoué d'origine parsie. Nous sommes à la fin du XIXème et au début du XXème siècle.

George Edalji est fils de pasteur. Il habite chez ses parents avec sa soeur Maud et son frère dans un village de la campagne anglaise. Sa mère est blanche, son père est indien et issu d'une campagne d'évangélisation. George a une personnalité effacée, c'est un garçon renfermé. Dès le début de sa scolarité, il a du mal à s'intégrer aux autres. Ses parents donnent une éducation stricte, ils sont très pratiquants.

A plusieurs reprises des crimes sur les chevaux du village ont lieu : les animaux sont saignés à l'aide d'un objet tranchant. George, devenu la tête de turc de tous est accusé : il est reconnu coupable et emprisonné trois ans. Le jeune adulte se défend en disant qu'il s'agit d'une erreur judiciaire. Il fait appel à Arthur Conan Doyle pour se faire aider...

Ce récit permet au lecteur d'entrer dans l'univers très particulier du romancier anglais et de découvrir de nombreux aspects de sa personnalité : son gôut pour le sport, pour les voyages et pour le spiritisme... tout en découvrant la manière dont il a mené sa double vie sentimentale.

Le récit est passionnant (surtout si on est fan de  Sherlock Holmes - mais pas seulement) car il évoque en détail une affaire judiciaire qui a secoué l'Angleterre, comparable en cela à l'affaire Dreyfus en France. Le tout a du rythme et met en évidence un grand travail de documentation fait par Arthur Conan Doyle.

Un roman réussi et instructif.

Repost 0
Published by Everina - dans Romans actuels
commenter cet article

Profil

  • Everina
  • J'adore lire... Je dévore une soixantaine de livres par an, surtout des romans. Je lis des classiques français, des textes actuels et de la littérature anglo-saxonne.
J'aimerais partager mes coups de coeur, mes lectures du moment, mes résumés..
  • J'adore lire... Je dévore une soixantaine de livres par an, surtout des romans. Je lis des classiques français, des textes actuels et de la littérature anglo-saxonne. J'aimerais partager mes coups de coeur, mes lectures du moment, mes résumés..

La liste de Léo, 10 ans

ete-2009-257.jpgLéo est en CM2. Ce qu'il préfère lire, ce sont les ouvrages documentaires. Les techniques, il adore... Cependant, de temps en temps, il se plonge dans un roman. Ah oui,j'oubliais, il adore lire et relire les Tom Tom et Nana.


En ce moment son livre préféré, c'est Comprendre comment ça marche aux éditions  NATHAN.images-copie-2

Il a lu aussi un roman policier : Gare au carnage, Amédée Petipotage, écrit par Jean-Loup Crépeau.
images-copie-3

images-copie-23.jpg

Petit roman portable de Rachel Hausfater et Yaël Hassan: C'est l'histoire -en quelques dizaines de pages- de Chloé qui perd son  portable. Quelqu'un le ramasse et nous voilà en train de suivre le parcours du téléphone...
Ce texte est un dialogue très rythmé entre différents personnages. Il est très facile à lire, le vocabulaire y est très actuel ( un peu comme le téléphone). Et il n'y a aucune description. Impossible de le lâcher avant que Chloé ait enfin retrouvé son objet préféré et indispensable... Lecture-plaisir garantie...
images-copie-57.jpg
En ce moment, il lit La Sixième de Suzie Morgenstern et c'est d'actualité car il ne reste que quelques mois avant de faire le grand saut...

Rechercher

La liste de Roméo, 15 ans

Roméo vient d'eete-2009-137.jpgntrer en seconde en septembre. Ce n'est pas un gros bosseur mais il est passionné par le 7ème art. Alors, au lieu de lire, il préfère regarder des films. je peux vous dire qu'il en a vu! et qu'il en voit encore et encore... Son genre préféré, cest le film d'horreur, d'ailleurs, il adore aussi en tourner. Il imagine des scénarios terribles dans lesquels il met son entourage à contribution. Chacun des membres de la famille a droit à son rôle. Quant aux lieux de tournage... ils dépendent de l'endroit où on se trouve. En Bretagne, dans l'Aveyron, à la maison. Ses films, ou au moins leur bande-annonce sont en ligne...
Heureusement, depuis peu, il se tourne vers d'autres genres...


Bon de temps en temps, il est bien obligé de lire, au moins pour le cours de français.

images-copie-9.jpg


Récemment, il a bien aimé Le Joueur d'échec de S. Zweig.
Il adore Le portrait de Dorian Gray de Oscar Wilde. En plus, il a travaillé sur une adaptation cinématographique en classe...

images-copie-10.jpg

Actuellement, il lit ( de force, pour le lycée ) Les Souffrances du Jeune Werther de Goethe.

Oeuvre tout d'abord anonyme publiée en 1774 par un libraire en Allemagne. Ce récit par lettres fut un scandale, accusé de faire l'apologie du suicide.

Cela n'empêche par le succès du texte, en Allemagne d'abord puis au delà des frontières et Mme de Staël écrira que Werther a causé plus de suicides que la plus belle femme du monde...

Voir le résumé des toutes premières lettres...images-copie-45.jpg

 

La liste de Salomé, 16 mois...

img719.jpg

















UN LIVRE A LIRE ET A CHANTER

"L'était une petite poule grise ...
images-copie-4.jpg


images-copie-6.jpg
Mais aussi
Un petit livre cartonné...
"Oh! le petit chat!
images-copie-7.jpg
Bonjour, le petit chat!"



images-copie-8.jpg
Sans oublier

La Maison du Petit Chaperon rouge

(éd. Casterman)

"Dans la maison du petit chaperon rouge, le loup s'est déguisé en grand-mère, après l'avoir mangée..."

Des illustrations et un texte rigolos pour revisiter ce conte classique de Perrault.

animôme (l'école des loisirs)images-copie-44.jpg
"Moi c'est Gaston
le p'tit cochon
et j'ai la queue
en tire-bouchon
.
Plein de couleurs, un texte court de quatre vers associé à chaque dessin d'animal à la manière d'une comptine. L'ensemble est joyeux et chantant. Livre cartonné.
Salomé adore et nous le met souvent entre les mains...







ZOOM SUR... Mon coup de coeur

images-copie-46.jpg

images-copie-47.jpgLe mec de la tombe d'à côté
Roman suédois qui traduit en de nombreuses langues. C'est un grand succès, paraît-il ( source : les éditeurs ).
 Paru en 2009 chez Actes Sud. 7,5 euros. 253p.

En ce moment, je lis...


Gatsby le Magnifique

F. Scott Fitzgeraldimages-copie-41.jpg

Que lire au lycée?

Que lire quand on est élève de lycée?
Pas facile  de choisir un livre qui soit sympa et qui permette en même temps de se constituer une petite culture littéraire pour réussir les épreuves du bac.

Voici quelques idées de lectures... réparties en trois catégories :
- pour les "picoreurs",
- pour les "appétits modérés",
- pour les "boulimiques"...