Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 juin 2012 1 11 /06 /juin /2012 19:48

 

Chap I

 

Gabriel se trouve dans une gare parisienne. Après une altercation avec un voyageur au sujet des odeurs nauséabondes, Zazie, sa nièce arrive par le train. Elle est accompagnée de sa mère, Jeanne Lalochère. Elle doit rester jusqu'au surlendemain car sa mère est occupée par son "Jules".

Zazie veut à tout prix prendre le métro mais elle est très déçue lorsqu'elle apprend que les "employés aux pinces perforantes" sont en grève.

Charles, le beau-frère de Gabriel, les attend dans son "tac". Commence alors une visite guidée de Paris : le Panthéon (mais ils ne sont pas d'accord sur le nom à donner au bâtiment, est-ce la gare de Lyon (?), Les Invalides (La caserne de Reuilly?). Mais Zazie reste obsédée par l'idée d'aller dans le métro

Ils s'arrêtent au tabac du coin et se retrouvent autour d'une table pour boire un verre. Zazie veut un Cacocalo mais il n'y en a pas. Son oncle se lève et va lui en chercher un dans le bar voisin : "Les enfants, suffit de les comprendre".

 

Chap. II

 

Ils arrivent devant la maison de Gabriel. Charles descend les marches qui mènent au café restaurant situé au sous-sol La Cave. Rapidement, Mado Ptits Pieds et Turandot n'apprécient pas la présence de Zazie d'autant que Charles leur dit qu'elle ne cesse d'employer des gros mots.

Tous s'installent à table pour le dîner. Zazie leur annonce qu'elle veut être institutrice (pour martyriser les enfants) mais quand elle entend qu'un jour il n'y aura plus d'instits, elle décide de devenir astronaute "pour faire chier les Martiens". Elle va se coucher. Turandot le proprio redit que la présence de Zazie ne lui plaît pas.

Les adultes se chamaillent et Gabriel donne un coup de poing sur la table qui se renverse. Zazie est réveillée et se lève. Turandot reste fâchée par Zazie quand il l'entend parler avec ses incessants "mon cul".

A la fin du chapitre, Marceline ( femme de Gabriel), alors que son mari s'en va, lui indique qu'il a oublié son rouge à lèvres ( il s'était déjà fait les ongles dans la soirée).

( à suivre ... )

 

 

Repost 0
Published by Everina - dans Romans du XXème
commenter cet article
11 juin 2012 1 11 /06 /juin /2012 15:11

Ce n'est pas le meilleur roman de Marc Dugain. Le récit ne présente pas d'originalité et le résultat de l'enquête menée par le personnage principal ( et annoncée sur la quatrième de couverture de l'édition Folio) est sans surprise.

Cela se passe à la toute fin de la Seconde Guerre Mondiale dans une petite ville d'Allemagne occupée par les Alliés. Cela commence plutôt bien car les premiers chapitres s'attardent sur la vie solitaire d'une jeune fille abandonnée par son père, pour des raisons inconnues, dans la maison familiale. Elle a dû apprendre à survivre dans de terribles conditions. Puis, un jour, elle doit se protéger d'une agression extérieure... Jusque là, le lecteur est vraiment tenu en haleine. Puis, malheureusement le narrateur se tourne vers un capitaine de l'armée française occupant le village voisin qui est intriguée par cette jeune fille. Et là, le roman perd de son rythme et de sa vivacité, à l'image de ce militaire désabusé. Les thèmes abordés - ceux des expériences nazies, de l'abus de pouvoir, entre autres- le sont sous un angle très ordinaire... Rien de bien nouveau... Autant relire La Mort est mon métier de Robert Merle qui évoque le thème du pouvoir nazi de manière beaucoup plus développée et dans une perspective beaucoup plus large.

On termine la lecture du roman  mais avec un sentiment de déception car le sujet semble avoir été survolé... et on se demande même si l'auteur ne sait  pas lui aussi un peu ennuyé avec cette histoire... J'ai largement préféré La chambre des officiers du même auteur.

Repost 0
10 juin 2012 7 10 /06 /juin /2012 22:10

 

Le Chat

Viens, mon beau chat, sur mon coeur amoureux;
Retiens les griffes de ta patte,
Et laisse moi plonger dans tes beaux yeux,
Mêlés de métal et d'agate.

Lorsque mes doigts caressent à loisir
Ta tête et ton dos élastique,
Et que ma main s'enivre du plaisir
De palper ton corps électrique,

Je vois ma femme en esprit. Son regard,
Comme le tien, aimable bête
Profond et froid, coupe et fend comme un dard1,

Et des pieds jusques à la tête,
Un air subtil, un dangereux parfum,
Nagent autour de son corps brun.

Baudelaire, Spleen et Idéal, Les fleurs du mal, 1857.



-------------------------------------------------

Le chat I

Dans ma cervelle se promène,
Ainsi qu'en son appartement,
Un beau chat, fort doux et charmant.
Quand il miaule, on l'entend à peine,

Tant son timbre est tendre et discret;
Mais que sa voix s'apaise ou gronde,
Elle est toujours riche et profonde.
C'est là son charme et son secret.

Cette voix qui perle et qui filtre,
Dans mon fonds le plus ténébreux,
Me remplit comme un vers nombreux
Et me réjouit comme un philtre.

Elle endort les plus cruels maux
Et contient toutes les extases;
Pour dire les plus longues phrases,
Elle n'a plus besoin de mots.

Non, il n'est pas d'archet qui morde
Sur mon coeur, parfait instrument,
Et fasse plus royalement
Chanter sa plus vibrante corde,

Que ta voix, chat mystérieux,
Chat séraphique, chat étrange,
En qui tout est, comme en un ange,
Aussi subtil qu'harmonieux!

Baudelaire, Les fleurs du mal



Le Chat II

De sa fourrure blonde et brune
Sort un parfum si doux, qu'un soir
J'en fus embaumé, pour l'avoir
Caressé une fois, rien qu'une.

C'est l'esprit familier du lieu;
Il juge, il préside, il inspire
Toutes choses dans son empire;
Peut-être est-il fée, est-il dieu?

Quand mes yeux vers ce chat que j'aime
Tirés comme par un aimant,
Se retournent docilement
Et que je regarde en moi-même,

Je vois avec étonnement
Le feu de ses prunelles pâles,
Clairs fanaux2, vivantes opales3,
Qui me contemplent fixement.

Baudelaire, Spleen et Idéal, Les fleurs du mal, 1857.



1Dard : lance

2Fanal : fard, lanterne.

3Opale : pierre semi-précieuse.

Repost 0
Published by Everina - dans Poésie
commenter cet article
7 juin 2012 4 07 /06 /juin /2012 09:10

Alfred de Musset est né à Paris en 1810 dans une famille aisée et cultivée. Après une vie épuisante physiquement et moralement, atteint de dépression et victime d'hallucinations liées notamment à sa forte consommation d'alcool, il s'éteind à Paris en 1857. 5 ans avant sa mort, il est élu à l'Académie Française.

La pièce On ne badine pas avec l'amour n'a pas été représentée du vivant de son auteur, il faut attendre 1861 pour qu'elle soit jouée pour la première fois et sous une forme remaniée par le frère de ce dernier ( certains éléments du texte ont choqué, jugés anti-cléricaux ou immoraux). De plus, Musset disait que cette oeuvre était écrite pour "la lecture dans un fauteuil".

Dans l'acte I, on apprend que Perdican, fils d'un baron et jeune bachelier, doit épouser sa cousine Camille. Il s'agit d'un projet de son père pour son fils qui rentre chez lui. Mais Camille refuse de l'embrasser. Elle a été élevée au couvent et vient d'en sortir. Etonné, le jeune homme se tourne vers Rosette, la servante de la maison et sa soeur de lait. Tout ceci se déroule dans une noble demeure à la campagne.

Dans l'acte II, Camille est affectueuse avec son cousin. Mais elle affirme accorder peu de confiance aux hommes et à l'amour en général. Elle décide de se consacrer à Dieu. De son  côté, Perdican dénonce les mensonges des nonnes et vente les bienfaits de la passion.

Dans le troisième et dernier acte, Perdican, sachant que Camille l'entend, déclare par jeu son amour à Rosette. Sa cousine est d'abord dépitée mais elle apprend plus tard qu'il jouait la comédie. Pour se venger, elle cache Rosette derrière une tenture et pousse Perdican à lui déclarer son amour. Ce qu'il fait. Rosette, témoin de la scène, ne peut le supporter et s'évanouit.Camille lui demande d'épouser Rosette et le traîte de lâche. Il accepte. Lorsque son père apprend la nouvelle, il refuse de donner son consentement à une telle union. Finalement Rosette refuse cette union car tous les gens du village se moquent d'elle et lui disent que c'est Camille que Perdican aime. Mais ce dernier insiste. Mais il retrouve Camille et tous deux se déclarent leur amour, regrettant le jeu de séduction auquel ils se sont prêtes. Rosette assiste à la scène. Les amants la retrouvent évanouie et découvre qu'elle est morte d'émotion. Camille quitte Perdican, la conscience de leur faute les sépare à jamais.

Repost 0
7 juin 2012 4 07 /06 /juin /2012 08:19

Nouvelle publiée en 1882 dans Les contes du jour et de la nuit.

La nouvelle s'ouvre par une scène qui se déroule au tribunal : Georges Louis dit Le Bourgeois, exerçant la profession de menuisier, est accusé du meurtre d'un couple de deux mondains, plus tout jeunes, retrouvés enlacés dans la  rivière près de Chatou. Il ne nie pas les faits et justifie son acte en répétant : "Je les ai tués parce que j'ai voulu les tuer". Lavocat a choisi de plaider la folie.

Mais l'homme prend finalement la parole pour expliquer les circonstances de son crime. Enfant, il a été abandonné car sa mère s'est retrouvée enceinte lors d'une relation adultère alors qu'elle était jeune mariée. Des années plus tard, deux ans avant le crime, son père entre chez lui pour lui confier des travaux de menuiserie. Puis, l'homme prend l'habitude de venir régulièrement. Un an plus tard, il amène sa femme qui dans un premier temps, se comporte étrangement.

Georges décide de se renseigner et comprend que les mystérieux visiteurs sont ses parents naturels. Sa mère, devenue veuve, s'est mariée avec son père biologique. Un soir, elle lui indique qu'elle lui veut du bien. Elle précise qu'elle a été mariée contre son gré et qu'elle ne veut pas qu'il lui arrive la même chose. Elle lui propose sa dot. Il a la confirmation de ses soupçons. Cependant, le couple nie être ses parents. Ils sortent et Georges les suit. C'est à ce moment qu'il commet le crime.

Il commet ainsi un double parricide fortuit, dû à la violence de ses émotions et aux circonstances. Enfant abandonné et avide d'être reconnu par ses parents biologiques, il est plein de dépit et de colère devant leur rejet apeuré. Il agit en état de légitime défense en tuant son père ( qui l'a attaqué et pointe un revolver sur lui) et pris de panique en tuant sa mère. Il ne s'agit pas ici de vengeance même s'il en veut à ses parents de lui avoir permis de venir au monde.

Le narrateur précise à la fin de la nouvelle que l'affaire est reportée à la session suivante, suite à la révélation du menuisier.

 

Repost 0
22 mars 2012 4 22 /03 /mars /2012 08:57

 

Drame romantique, première représentation en 1827 à l'occasion de l'inauguration du théâtre de la Renaissance à Paris.

 

ACTE I : Don Salluste

 

L'acte se déroule dans le palais du roi. Nous sommes en Espagne, au XVIIè siècle. Quatre personnages importants sont présents tour à tour : Don Salluste, Ruy Blas, Don César et la reine( qui ne fait qu'une apparition). Il y a aussi des personnages moins importants : Gudiel, Don Pamfilo d'Avalos, le marquis del Basto, le marquis de Santa-Cruz, et le comte d'Albe.

Dans la première scène, Don Salluste apprend à Ruy Blas qu'il va tout perdre pour avoir séduit et mis enceinte une suivante de la reine et qu'il refuse d'épouser. La reine a décidé de son exil. Don Salluste ne pense qu'à se venger mais il ne sait pas encore comment. Il dit à Ruy Blas qu'il va avoir besoin de lui.

Dans la scène 2, il demande à son cousin Don César de l'aider, mais ce dernier refuse car il n'accepte pas de faire du mal à une femme. On apprend que don César est devenu malfaiteur, auteur de vols sur des nobles que connaît Don Salluste.

Dans la scène 3, Ruy Blas rencontre avec étonnement Don César. Ils sont cousins. Ruy Blas lui confie l'amour passionné et secret qu'il voue à la reine. Il lui dit aussi qu'il est au service de Don Salluste ( il a revêtu la livrée à sa demande). A la fin de cette scène, Don Salluste qui a tout entendu donne comme consigne aux alguazils de s'emparer de Don César et de le faire embarquer en mer vers l'Afrique. Il a trouvé sa vengeance.

Dans la scène 4, il demande à Ruy Blas de séduire la reine, après lui avoir fait écrire une invitation à venir le rejoindre et une lettre (qu'il signe César) dans laquelle Ruy Blas reconnait être son valet (que le valet signe de son nom).

Dans la dernière scène, il le présente à la cour puis s'en va.

 

ACTE II : La reine d'Espagne.

 

Trois personnages sont présents au début de cet acte : la reine Dona Maria de Neubourg, la duchesse d'Albuquerque, camera mayor, dona Juana de la Cueva, le majordome don Guritan et plusieurs duègnes (femme âgée qui veillait à la conduite d'une jeune fille) travaillant à des ouvrages de femmes.

Dans la première scène, la reine évoque la crainte qu'elle éprouve devant le marquis de Finlas. On apprend qu'elle s'ennuie, le roi (Charles II) étant "toujours absent". Casilda lui propose de sortir mais la reine refuse, prisonnière de son statut et de sa condition.

Dans la deuxième scène, la reine évoque dans un long monologue celui qui lui apporte des fleurs sur un banc et dont elle est secrètement amoureuse. Il s'est blessé la dernière fois qu'il est venu car un morceau de dentelle ensanglanté pend aux pointes de fer. Après des hésitations, elle lit la lettre que l'inconnu a déposé. Un huissier annonce une lettre du roi.

Dans la troisième scène, Ruy Blas, magnifiquement vêtu, est présent sur scène. La duchesse lit la lettre du roi dans laquelle il envoie un message laconique qu'il a dicté. La reine prend la lettre et constate que l'écriture est la même que celle de ses messages d'amour. Elle demande qui est le porteur du message est découvre Ruy Blas ( qui se fait passer pour Don César). Il lui dit que celui qui a écrit la lettre est un des assistants. L'émotion d'être vu par celle qu'il aime et l'idée qu'elle est aimé par un autre lui fait perdre connaissance. Il laisse ainsi voir sa main blessée. Elle reconnaît en Ruy Blas celui qui la courtise et se vend auprès de Casilda en parlant du jeune homme comme de l'auteur de la lettre.

La quatrième scène met en présence Ruy Blas et Don Guritan. Ce dernier fait preuve de sa capacité à tuer ceux qui sont ses rivaux ou ses ennemis et convoque RB en duel pour le lendemain à cause de l'amour qu'ils portent tous deux à la reine. Casilda décide d'avertir la reine.

La reine utilise la ruse pour éloigner Don Guritan afin que le duel n'ait pas lieu : elle l'envoie à Madrid porter une boîte à son père sous prétexte qu'il s'est vanté de ne rien pouvoir lui refuser.

 

ACTE III : Ruy Blas

 

L'acte se déroule dans la salle de gouvernement du palais royal.

Dans la première scène, on apprend qu'en six mois, Ruy Blas (qui porte toujours le nom de Don César) a fait une prodigieuse ascension politique. Il est comblé de titres et est devenu premier ministre. Ses succès provoquent la jalousie des grands du royaume et sa vie privée, très secrète, leur curiosité malveillante.

Dans la deuxième scène, Ruy Blas entre et surprend les transactions infâmes des ministres et les fustige d'une longue tirade méprisante : «  Bon appétit, messieurs ! ».

Dans la troisième scène, la reine, qui était cachée dans un cabinet dérobé, a tout entendu avoue à Ruy Blas son admiration et son amour, après avoir comparé son comportement à celui du roi " morne et sombre" dans la salle du conseil. Elle lui fait une déclaration enflammée dans laquelle elle décide de se donner à lui.

La scène suivant présente Ruy Blas qui, ivre de bonheur et d'orgueil, savoure cette déclaration.

Dans la dernière scène, Don Salluste surgit, déguisé en valet. Il humilie Ruy Blas, lui rappelant qu'il n'est que son valet et aussi l'auteur d'une lettre où il reconnaît la bassesse de sa condition. Don Salluste ordonne à Ruy Blas de se rendre dans une maison secrète pour y attendre ses ordres. S'il refuse, sa liaison avec la reine sera rendue publique.

 

ACTE IV : Don César

 

L'acte se déroule dans une petite chambre dans la mystérieuse demeure où s'est rendu Ruy Blas.

Dans la première scène, il envoie un page chez Don Guritan à qui il fait ses excuses. Il lui demande de prier la reine de ne pas quitter son palais , Ruy Blas quitte la maison secrète de don Salluste pour aller demander aide à Dieu. A la fin de la scène, on entend un grand bruit dans la cheminée qui annonce le retour de Don César.

Dans la deuxième scène, Don César, sans savoir où il est et tout en se restaurant, raconte ses aventures faites d'événements intenses et surprenants ( l'embarquement absurde, le bagne, son retour, ...). On apprend qu'il a décidé de se venger de Don Salluste.

Dans la troisième scène, un laquais lui apporte mystérieusement une sacoche pleine d'argent. Cet argent est en fait destiné à Ruy Blas (le faux Don César) ( =quiproquo). Don César donne de cet argent au laquais pour qu'il le redistribue à ceux qui en ont besoin.

Dans la quatrième scène, une duègne vient lui confirmer le rendez-vous avec la reine (le malentendu quant à Don César se poursuit) à condition qu'il écrive "Venez" au dos de la lettre. Il le fait faire par un domestique noir. Ce rendez-vous a en fait été organisé par Don Salluste. Puis, Don César voit arriver Don Guritan. Ce dernier lui explique qu'il a fait mettre en prison le laquais qui lui avait été envoyé par "Don César" pour lui demander des excuses. Le vrai Don César se moque de sa jalousie pour une femme avec laquelle il n'est marié. La tension monte entre les deux hommes à partir du moment où Don César lui révèle son identité. Tous deux quittent la scène.

Dans la cinquième scène, Don Salluste entre.

Dans la sixième scène, Don Salluste constate l'absence de Ruy Blas et découvre Don César.

Dans la septième scène, Don César apprend à Don Salluste qu'il a compris qu'une machination était en place. Il lui annonce qu'il a redistribué l'argent qu'il a reçu par erreur et qu'il a tué Don Guritan. Don Salluste respire car Don César n'a pas bouleversé ses plans. Il lui demande de quitter les lieux, l'autre refuse voulant "rester dans l'aventure" et se faire reconnaître pour prendre sa revanche sur Don Salluste.

Dans la huitième scène, Don Salluste fait passer Don César pour le voleur Matalobos et le fait arrêter pour l'assassinat de Don Guritan.

 

 

Acte V : Le tigre et le lion.

 

Cet acte se dérouler dans la même chambre que l'acte précédent.

Dans la première scène, Ruy Blas est seul sur scène. Dans une longue tirade, il constate son malheur et sa souffrance.

Dans la deuxième scène, la reine entre en indiquant à Ruy Blas qu'elle vient à sa demande ( elle vient de recevoir une lettre le lui demandant). Il s'agit de celle écrite par Ruy Blas dans le premier acte à la demande de Don Salluste. Elle lui dit qu'elle a envoyé dans la matinée une duègne ( la femme que Don César a reçu précédemment). Ruy Blas lui demande de partir. Elle ne comprend pas. Elle lui dit que c'est un homme masqué qui l'a fait entrer. Ce dernier apparaît sur scène.

Dans la 3ème scène, on comprend que l'homme masqué est Don Dalluste. D'abord, il demande à la reine et à Ruy Blas de quitter les lieux. S'ils refusent, il informera tout Madrid de cette liaison. Mais Ruy Blas, tout à coup, avoue qui il est à celle qu'il aime et demande à la reine de ne pas signer. Puis, Don Salluste avoue la manipulation qu'il a organisée pour se venger. Rui Blas réagit pour "étouffer cette affaire en haut lieu" en voulant tuer Don Salluste. Les deux hommes quittent la scène.

Dans la dernière scène, Ruy Blas entre en chancelant et se met à genou devant la reine pour lui demander pardon. Celle-ci refuse. Il prend la fiole posée sur la table et en avale son contenu. La reine, effrayée, change d'avis mais c'est trop tard. Ruy Blas a bu le poison et meurt sur scène après avoir remercié la reine.

 

 

 

Repost 0
3 février 2012 5 03 /02 /février /2012 14:34

Phèdre, Racine, 1677
Résumé détaillé scène par scène.

 

Phèdre est une tragédie qui respecte les principes du théâtre classique grec avec:

- l'origine noble des personnages qui jouent un rôle politique;

- la force de la fatalité;

- la composition en 5 actes et l'écriture en alexandrins;

- l'unité de lieu, de temps et d'action;

- le dénouement tragique;

- le spectacle qui provoque la terreur et la pitié chez le spectateur.

 

ACTE I
L'acte I comprend 5 scènes qui présentent tous les personnages principaux.
sc.1
Hippolyte veut fuir Aricie, celle qu'il aime malgré l’interdiction du roi. Sous ce prétexte, il apprend à Théramène, son gouverneur, qu'il part à la recherche de Thésée, son père.
sc. 2
Oenone, nourrice et confidente de Phèdre, fait sortir Hippolyte et Théramène (le gouverneur d'Hippolyte). Elle annonce qu'un mal étrange ronge Phèdre (Phèdre est la femme de Thésée).
sc. 3
Phèdre apparaît, mourante et avoue à sa nourrice qu'elle aime Hippolyte ( son beau-fils!). Elle ne veut plus vivre.
sc. 4
On apporte la nouvelle de la mort de Thésée. Se pose alors le problème de la succession sur le trône d'Athènes et de Trézène et de ses dangers.
sc. 5
Oenone obtient que sa maîtresse renonce à  mourir : elle doit défendre les intérêts de son fils en s'unissant à Hippolyte contre Aricie.

ACTE II
sc. 1
Ismène annonce à Aricie une visite d'Hippolyte  et dit avoir deviné l'amour du jeune prince pour sa maîtresse. Aricie avoue à Ismène son amour pour Hippolyte, que Trézène vient de reconnaître comme roi.
sc. 2
Hippolyte vient alors lui offrir de succéder à Thésée en régnant sur  l'Attique. Il lui avoue son amour.
sc. 3
Aricie avoue son amour à Hippolyte.
sc. 4
Hippolyte confirme son départ en quatre vers. Phèdre se dirige vers lui.
sc. 5
Phèdre commence par recommander son fils à Hippolyte, mais, entraînée malgré elle par sa passion, elle en arrive, elle aussi à déclarer son amour. Il la repousse avec horreur. Elle demande à mourir de la main d'Hippolyte mais cette demande n'est qu'un prétexte pour éprouver le jeune prince. Le refus implicite d' Hippolyte peut lui donner de l'espoir. Phèdre prend son épée pour se suicider mais Oenone survient, lui demandant de fuir pour éviter les témoins.
sc. 6
Hippolyte choisit de se taire. Théramène lui apprend que le fils de Phèdre a été reconnu roi d'Athènes. Cependant, le bruit court que Thésée est vivant. Malgré cela, Hippolyte confirme son désir de partir.

ACTE III

sc. 1
Pour l'instant, Phèdre ignore le retour de Thésée. Phèdre exprime sa honte et son désespoir. Oenone souhaite sauver Phèdre  tente de la conseiller. Phèdre décide de tout mettre en œuvre pour séduire Hippolyte, qu'elle imagine ambitieux. Elle envoie sa nourrice pour lui proposer le trône.
sc. 2
Dans cette courte scène, Phèdre développe un discours contradictoire : elle évoque la honte et l'appel à Vénus pour séduire Hippolyte.
sc. 3
Oenone annonce à Phèdre le retour de Thésée. Phèdre, désespérée ne songe qu'à mourir. Oenone, pour l'en empêcher, lui conseille de prendre les devants et d'accuser Hippolyte. La reine est d'abord indignée, puis elle s'en remet à Oenone.
sc. 4
Phèdre se retire après avoir refusé les témoignages de tendresse de Thésée.
sc. 5
Le discours équivoque de Phèdre installe l'inquiétude dans l'esprit de Thésée. Lorsque Hippolyte lui annonce son départ, l'inquiétude de Thésée augmente encore. Il finit par menacer son fils et sort pour aller interroger Phèdre.
sc. 6
Hippolyte est désemparé.

ACTE IV
sc. 1
Oenone calomnie Hippolyte. L'épée du jeune homme sert de preuve contre lui. Thésée est aveuglé par la colère.
sc. 2
 Thésée demande à Neptune de punir son fils en le faisant périr. Hippolyte tente de se défendre sans accuser Phèdre. Il finit par avouer qu'il aime Aricie. Mais son père considère qu'il s'agit d'un stratagème. Vers la fin de la scène, il porte une accusation confuse contre Phèdre mais Thésée ne l'entend pas, aveuglé par la colère.
sc. 3
Court monologue de Thésée dans lequel il exprime ses sentiments contradictoires : l'amour et la colère pour son fils.
sc. 4
Phèdre vient demander au roi la grâce du jeune homme : elle sur le point de révéler la vérité quand Thésée lui apprend l'amour d'Hippolyte pour Aricie. Elle choisit de se taire, condamnant Hippolyte à la mort.
sc. 5
Monologue de Phèdre dans lequel elle s'abandonne à sa jalousie.
sc. 6
L'énormité de sa faute accable Phèdre et bouleversée de remords, elle chasse sa nourrice en la maudissant.

ACTE V
sc. 1
Aricie tente Hippolyte de se disculper. Mais Hippolyte pour justifier son silence avance l'argument de l'innocence reconnue par les dieux. Il obtient qu'elle l'accompagne dans son exil et l'épouse (elle refuse d'abord puis elle accepte).
sc. 2
Arrivée de Thésée, troublé.
sc. 3
Aricie tente encore de disculper Hippolyte.
sc. 4
Court monologue qui montre que Thésée est en proie au doute. Il désire revoir Oenone.
sc. 5
Thésée apprend la mort d'Oenone (elle s'est jetée dans la mer) et que Phèdre est au plus mal.
sc. 6
Au moment où il supplie Neptune de ne pas exaucer son vœu, Théramène vient lui apprendre la mort du jeune homme et le désespoir d'Aricie.
sc. 7
Phèdre apparaît aux yeux du roi accablé. Elle veut parler, elle avoue sa faute et meurt sur scène d'un poison qu'elle a pris.

Repost 0
3 février 2012 5 03 /02 /février /2012 13:07

Ce roman a été publié en 2002 et a reçu le prix Goncourt des Lycéens. L'intrigue se déroule dans une Antiquité imaginaire...

Résumé ( du début, pour l'instant... suite à venir très prochainement)

 

I- La grande nuit blanche du roi Tsongor

  • Le récit débute à Massaba, cité du roi Tsongor. Ce dernier s'apprête à marier sa fille, la princesse Samilia. Les festivités s'organisent. Le fidèle serviteur du roi réalise que le jour d'appliquer sa promesse est arrivé : il va tuer le roi.

  • Katabolonga annonce au roi que le "jour" est arrivé mais il y a un malentendu entre eux : le roi pense que son serviteur évoque le grand jour du mariage. Les circonstances de leur rencontre sont ensuite racontées : vingt ans plus tôt, alors que Tsongor est un jeune homme conquérant qui consacre son temps aux guerres et aux pillages, il arrive dans le village des Rampants. Katabolongo, dernier survivant, se présente au roi en lui disant qu'il mérite la mort parce qu'il lui a volé ses biens et ses terres. Tsongor déclare qu'il arrête la guerre, accepte la sentence tout en proposant à Katabolonga de devenir le porteur de son tabouret d'or, c'est-à-dire son serviteur dévoué. Katabolonga accepte.

  • Samilia doit épouser Kouame, le roi des Terres de sel. Le premier indice du malheur est annoncé : des hommes placés sur les collines du nord attendent, observent. En fin de journée, les collines s'embrasent puis un homme seul entre dans les rues de Massaba. C'est Sango Kerim, compagnon de jeu des enfants du roi, élevé avec eux. Il vient demander Samilia en mariage, rappelant une promesse qu'elle lui a faite alors qu'ils étaient enfants. Depuis, il a parcouru le monde et il est revenu pour elle. Le roi lui répond qu'il va prendre une décision et l'annoncer le lendemain.

  • Le roi interroge Samilia pour vérifier les informations données par Sango Kerim. Elle confirme les dires de son ami d'enfance.

  • La cérémonie des dons dure plus de quatre heures. A son issue, le roi ne dit pas un mot et quitte les lieux.

  • Alors que le roi comprend qu'il est dans une impasse, que le souffle de la guerre est près de lui, Katabolonga lui annonce que "c'est pour aujourd'hui". Le roi ne comprend pas de quoi il parle, le serviteur voulait lui dire que l'heure de sa mort était arrivée.

    Le roi rencontre son plus jeune fils, Souba, à qui il confie une mission : lorsque son père mourra, il ne devra pas pleurer mais partir pour construire différents tombeaux dans le monde. Chacun devra être un monument en rapport avec ce qu'a été le roi pour son fils. Lorsque ces sept tombeaux seront construits, Souba pourra rentrer à Massaba, faire ouvrir le tombeau royal et emporter le corps pour le déposer dans un des sept tombeaux. Il sera le seul à savoir lequel et devra murmurer aux oreilles de son père que la mission est accomplie. Souba jure à son père qu'il va faire ce qu'il lui demande.

Le roi demande à Katabolonga de dire aux deux prétendants le lendemain de partir, de laisser Samilia épouser plus tard un troisième homme, afin dé'éviter la guerre. Le roi et son serviteur savent que cette solution ne sera pas acceptée et que la guerre est inévitable.

Enfin, Tsongor lui confie  une pièce de monnaie qu'il a gardée sur lui toute sa vie, il s'agit de celle qui permet de passer dans le royaume des morts. Il lui demande de la conserver jusqu'au retour de Souba et de la lui déposes ensuite sous la langue. Katabolonga jure qu'il fera ce que le roi lui demande.

Katabolonga ne peut tuer le roi et ce dernier s'entaille lui-même les veines. Le serviteur termine ce qui a été commencé et reste plein d'effroi, conscient de la solitude qui l'attend maintenant.

 

II- Le voile de Souba

La nouvelle de la mort du roi se répend. Ses enfants sont affligés. Aucun reproche n'est fait au serviteur.

Kouame se présente auprès de la dépouille du roi et rencontre Samilia qui tombe sous son charme, malgré la douleur qu'elle ressent.

Sango Kerim, accompagné de Rassamilagh, entre. Samilia est là-aussi sésuite et réconfortée par la présence de cet homme. Les deux hommes s'affrontent verbalement.

Sako, le fils aîné du roi, tente de les arrêter. Katabolonga fait la proposition de paix aux deux hommes. Ils refusent, comme prévu.

Kouame déclare vouloir attendre pour respecter le deuil. Sango refuse d'attendre. Il promet de revenir le lendemain et de décleancher la guerre si Samilia lui est refusée.

Samilia, les jumeaux Sako et Danga, Liboko écoutent leur frère Souba qui leur annonce qu'il doit partir à la demande de leur père. Il leur demande de mettre son corps à l'abri jusqu'à son retour. Samilia est profondément triste : le clan Tsongor va se démanteler, la guerre va éclater. Ils font un dernier repas ensemble.

Le roi semble encore vivant : "Il contempla ses enfants en secret".

Souba, accompagné d'une vieille mule, quitte la cité royale. A une heure de marche, un groupe de femmes le voit partir. Elles le suivent. Elles le rejoignent puis lui offrent une natte faite de leurs cheveux coupés qu'elles attachent à la selle du mulet. Elles le munissent aussi d'un voile noir.

III- La guerre

La guerre est déclarée : personne n'est là pour accueillir Sango Kerim. Au palais, l'aîné, Sako, prend la place de son père. Samilia s'installe sur les toits.

Les armées en présence sont :

- Sango Kérim dirige l'armée de nomades qui comprend : l'armée des ombres blanches de Bandiagara ( leurs visages sont couverts de craie) ; l'armée des crânes rouges de Karavanath' le brutal; l'armée de Rassamilagh, une foule immense et bigarée.

- Kouame dirige trois chefs : le vieux Barnak qui est à la tête des mangeurs de khat, hommes poussiéreux et sales; Tolurus et l'armée des Surmas dont la peur principale est d'être défigurés; Arkalas, souverain des chiennes de guerre, hommes forts et robustes qui se parent comment des femmes.

Les armées sont face à face. Kouame demande à Sango de partir mais ce dernier refuse. Samilia maudit la guerre.

Au passage de Souba, le peuple comprend que le roi est mort.

Après dix heures de combat, les armées n'ont pas bougé. Tolurus (Kouame) est mort tué par Rassamilagh. Arkalas prend la vie de  Karavanath. Il y a une quantité innombrables de morts.

Samilia rencontre Kouame et évoque son dilemme tragique : qu'elle choisisse l'un ou l'autre, elle en trahira un. Aucune solution n'est acceptable. Kouame ne veut pas renoncer à la guerre. La jeune femme annonce son départ. Elle reste fascinée par la beauté de Kouame.

Les jumeaux Sako( avec Kouame)  et Danga ( avec Sango) sont rivaux. Danga décide de partir, il est rejoint par Samilia.

Le roi soupire dans son tombeau.

Danga et samilia rejoignent Sango. Celui-ci est heureux mais les Tsongor lui déclarent que c'est le malheur qui arrive : "Nous mourrons tous. Nous, eux" (nous : Sako, Liboko et Kouame).

Le roi voit les ombres de tous les morts. Il comprend qu'il n'a pas réussi à éviter la guerre.

 

IV- Le siège de Massaba

V- L'oubliée

VI- Dernière demeure

Repost 0
Published by Everina - dans Romans actuels
commenter cet article
3 février 2012 5 03 /02 /février /2012 10:39

L’École des femmes ( 1662)
Résumé détaillé.

Acte I
Sur une place en ville, deux bourgeois discutent : Arnolphe et Chrysalde. Arnolphe veut se marier avec une jeune fille de 17 ans. Parce qu' il est obsédé par l'idée de devenir cocu, il indique qu'il a mis au point une stratégie infaillible pour se épouser une femme qui ne le trompera pas : il a fait élever une fille de la campagne "selon sa politique", qui ignore toutes les choses de la vie. Il peut maintenant se marier avec elle, c'est ce qu'il doit  faire le lendemain. Chrysalde est sceptique quant à cette tactique. Il se demande si une femme saura distinguer le bien du mal. (sc.1)
Nous apprenons aussi qu'Arnolphe se fait appeler Monsieur de la Souche ( cette information joue un rôle important dans l'intrigue). (sc. 2)
Les deux valets employés par Arnolphe apparaissent comme simples d'esprit. Leur maître pense qu'ils sont fiables. Quand Agnès entre sur scène, elle correspond au portrait qu'Arnolphe a dressé d'elle. (sc. 3)
Pourtant la vérité est différente et Arnolphe l'apprend incidemment. Il rencontre sur la place un jeune homme qui vient d'arriver en ville. Il s'agit d'Horace, fils d'un de ses amis. Arnolphe lui prête les 100 pistoles dont le jeune homme a besoin. Puis, ce dernier lui fait part de son infortune : il aime une jeune fille qui est inaccessible parce qu'elle est étroitement surveillée par son tuteur : Monsieur de la Souche qu'il présente comme un barbon ridicule. Arnolphe a des difficultés a cacher sa surprise et son dépit. (sc. 4)
Acte II
Arnolphe est décidé à tout savoir et veut interroger Agnès, la servante et le valet. Ces deux-là, Alain et Georgette sont tout tremblants de peur quand leur maître les questionne, fou de rage. Il apprend qu'un homme est venu pendant son absence.  Ensuite, il se tourne vers Agnès. Il l'interroge pour tout savoir. Peu à peu, elle raconte qu'elle a fait la connaissance d'un homme qui lui a déclaré son amour. Il lui a aussi pris le ruban qu'Arnolphe avait donné à Agnès. Arnolphe est persuadé que cette mésaventure est liée à l'innocence d'Agnès. Il lui révèle que le mariage seul autorise les gentillesses amoureuses et qu'il va la marier dans la soirée. Agnès n'est pas enchantée d'apprendre que le  mari qu'on lui destine n'est pas Horace. Arnolphe exige d'elle qu'elle chasse le jeune homme à coups de pierre s'il revient.

Acte III

Arnolphe et content car Agnès lui a obéi, elle a jeté une pierre à Horace. Le mariage va avoir lieu, le notaire doit venir. Le futur marié décide alors de donner un cours sur le mariage à sa future épouse en lui faisant lire : "Les maximes du mariage ou les devoirs de la femme mariée".
Arnolphe rencontre ensuite Horace qui lui fait le bilan de ses aventures amoureuses : le maître d'Agnès a appris leur relation et Horace a été chassé par les valets quand il a voulu entrer chez elle. Mais la jeune femme a tout de même trouvé le moyen de lui remettre une lettre quelle a caches dans un grès. Il lui en fait la lecture. Agnès y paraît adorable et innocente, elle demande à Horace de lui dire s'il cherche à la tromper ou non. Arnolphe, seul, déplore son malheur. Il reconnaît qu'il est amoureux.
Acte IV
Arnolphe est décidé à lutter et à conserver la jeune fille pour lui. Il cherche à se faire des alliés ( le notaire, les valets). Il transforme sa maison en camp retranché et se comporte de manière très autoritaire mais ses efforts restent vains. Horace vient lui raconter que, pendant que Monsieur de la Souche allait et venait dans sa chambre, lui même était enfermé dans l'armoire par Agnès. Il lui raconte qu'il a l'intention d'enlever Agnès le soir même en escaladant le  balcon. Arrive alors Chrysalde qu'Arnolphe avait invité à dîner (dans l'acte premier). Arnolphe cherche à se débarrasser de lui, mais Chrysalde comprend que son ami est contrarié et devine l'objet de ses soucis. Il tente de le raisonner, sans y parvenir. Arnolphe donne ses instructions à ses valets : Alain et Georgette doivent chasser Horace à coups de bâton.

Acte V
Les domestiques indiquent à leur maître qu'ils ont fait ce qu'il fallait : Horace est hors d'état d'agir. Mais Arnolphe rencontre Horace qui se dirige chez lui : le maître a encore été dupé. Horace lui raconte qu'il a joué la comédie pour éviter les coups, et pendant que Monsieur de la Souche se lamentait, Agnès est descendue, croyant son amoureux mort et est partie avec lui. Horace demande ensuite à Arnolphe de lui trouver un refuge pour Agnès.
Arnolphe, le bas du visage caché dans son manteau, tire la jeune fille par la main et ne se dévoile que lorsque Horace est parti. Très en colère, il lui fait des reproches mais cette fois Agnès réplique avec bon sens. Il lui déclare alors son amour.
Dans la dernière scène de la pièce, Enrique revient d'Amérique. Ce dernier vient marier sa fille à Horace, fils de son ami Oronte, récemment arrivé lui-aussi. Arnolphe, voulant trahir Horace, pousse Oronte à accélérer le mariage. Par hasard, Horace apprend alors le deuxième nom d'Arnolphe. Ce dernier est sur le point de triompher mais Enrique explique que c'est justement Agnès qui doit épouser Horace et que cette enfant abandonnée est sa fille. Horace va donc l'épouser. Arnolphe quitte la scène "tout transporté et ne pouvant parler".

Repost 0
7 janvier 2012 6 07 /01 /janvier /2012 16:19

 

 

CHAPITRE I

Le récit commence au château du baron de Thunder-ten-tronckh en Westphalie. Celui-ci y vit avec sa femme et sa fille Cunégonde âgée de 17ans et son fils. Avec eux se trouvent Candide, un jeune homme aux mœurs les plus douces ( il serait le neveu du baron?) et le précepteur Pangloss.

Un jour, Candide et Cunégonde ont une relation intime. Le baron les surprend, Candide est chassé du château.

CHAPITRE II

Candide est recruté par l'armée bulgare.

CHAPITRE III

Candide découvre les horreurs de la guerre. Il déserte et arrive en Hollande. Il rencontre Jacques l'anabaptiste ( adepte d'un mouvement religieux allemand qui ne baptise que les adultes et demande un retour à une vie plus en phase avec les saintes Écritures) alors qu'il fait l'aumône. Ce dernier l'emmène chez lui, le soigne et le nourrit.

CHAPITRE IV

Candide rencontre le lendemain un misérable gueux : il s'agit de Pangloss. Ce dernier lui apprend que Cunégonde est morte, éventrée par les soldats bulgares. Il en est de même pour la baronne et le baron. Le philosophe est atteint d'une maladie vénérienne qu'il tient de Paquette, la suivante du château. Il est en train de mourir mais il reste optimiste. Malgré cela Candide le fait guérir à ses dépens avec l'aide de l'anabaptiste.

CHAPITRE V

Les deux amis et l'anabaptiste embarquent pour le Portugal. Ils affrontent une terrible tempête qui projette Jacques par-dessus bord suite à une querelle avec un matelot. Finalement le vaisseau s’entrouvre et Candide et Pangloss dérivent sur une planche jusqu'au rivage. Le matelot querelleur nage et est sauvé aussi. A peine sur terre, ils subissent un terrible tremblement de terre. Candide et Pangloss sont arrêtés par un membre de l'inquisition.

CHAPITRE VI

Il est fait un auto-da-fé pour empêcher les tremblements de terre. Les deux amis sont emprisonnés. Candide est fessé et Pangloss est pendu. Candide se retrouve seul après un nouveau tremblement de terre. Alors qu'il est désespéré, il rencontre une vieille qui lui demande de la suivre.

CHAPITRE VII

La vieille soigne Candide et lui amène Cunégonde. Ils sont fous de joie. Ils se racontent ce qui leur est arrivé.

CHAPITRE VIII

Cunégonde raconte son histoire : elle n'a été que blessée puis faite prisonnière par un capitaine bulgare. Puis l'homme, lassé, l'a vendue à un Juif. Elle se retrouve finalement partagée entre le grand inquisiteur et le Juif ( en fonction des jours de la semaine). Alors qu'elle est invitée à l'auto-da-fé, elle reconnaît Pangloss.

CHAPITRE IX

Le Juif Issacar se présente pour profiter de Cunégonde. Candide le tue. Il poignarde aussi le grand inquisiteur. Candide, Cunégonde et la vieille s'enfuient.

CHAPITRE X

Les trois complices voyagent jusqu'au port de Cadix. Ils sont dans une grande détresse et sans argent. Ils embarquent pour l'Amérique du Sud.

CHAPITRE XI

La vieille raconte l'histoire de sa vie : d'abord fiancée à un prince qui est rapidement empoisonné par une ancienne maîtresse. Avec sa mère, elles embarquent sur une galère où elles sont dépouillées et violées. Puis elle est faite esclave au Maroc ( avec sa mère).

CHAPITRE XII

Alors qu'elle se trouve dans une grande détresse, elle rencontre un eunuque qui parle sa langue et qui la console. Il doit rentrer après avoir accompli une mission politique et lui propose de la ramener. Mais il ne tient pas son engagement et il la conduit à Alger où il la vend. La peste se propage partout. Presque tout le monde périt, mais elle en réchappe. Elle est ensuite rachetée et menée à Tunis et dans d'autres grandes villes du monde. Après d'autres mésaventures, elle devient servante et continue de parcourir le monde.

CHAPITRE XIII

Ils arrivent à Buenos Aires. Ils rendent visite au gouverneur qui tombe amoureux de Cunégonde.

CHAPITRE XIV

Sur les conseils de son valet Cacombo, Candide quitte Cunégonde pour aller faire la guerre pour les Jésuites. Ils retrouvent le frère de Cunégonde : il est devenu commandant.

CHAPITRE XV

Candide tue le frère de Cunégonde : ce dernier ne supporte pas l'idée que le jeune homme veuille épouser sa sœur. Candide et Cacombo s'enfuient.

CHAPITRE XVI

Alors que les deux hommes prennent la direction du nord, ils se retrouvent dans une belle praire. Là, ils assistent à un scène surprenante : deux femmes sont poursuivies par des singes en poussant de drôles de cris. Candide, croyant qu'elles sont en danger, arme son fusil et tue les deux animaux. Cacambo lui apprend qu'il vient d'abattre les deux amants des jeunes filles! Les Oreillons, habitants du pays, les ligotent et comptent les dévorer. Cacambo prend la paroles et les Oreillons trouvent son discours très raisonnable. Ils gardent la vie sauve et reprennent la route.

CHAPITRE XVII

Candide et son valet arrivent au pays d'Eldorado. Ils y découvrent des richesses extraordinaires.

CHAPITRE XVIII

Ils rencontrent un vieillard qui leur expose les us et coutumes de l'Eldorado. Ils découvrent l'abondance. Ils passent un mois dans ces lieux puis repartent à la recherche de Cunégonde chargés des présents.

CHAPITRE XIX

Les deux hommes se dirigent vers la Guyane. En route, ils rencontrent un nègre de Surinam. Alors qu'il cherchent à prendre un bateau qui se dirige vers Buenos Aires, ils apprennent par un patron de vaisseau que Cunégonde est une des maîtresses favorites de Monseigneur. Candide a l'idée d'envoyer Cacambo racheter Cunégonde. Il quitte donc son maître. Le patron qui comprend que Candide a beaucoup d'argent lui en demande une grosse somme pour le transporter et quitte la rive sans lui. Le juge à qui il s'adresse pour obtenir réparation lui en soutire encore. Finalement, Candide se met à la recherche d'un honnête homme qui ferait le voyage avec lui et il rencontreun savant, Martin.

CHAPITRE XX

Tous deux s'embarquent pour Bordeaux. En mer, ils assistent au naufrage du patron qui avait volé Candide.

CHAPITRE XXI

Les deux complices approchent des côtes françaises.

CHAPITRE XXII

Candide reste peu de temps à Bordeaux car il décide d'aller à Paris. Il y attrape une maladie dont il finit par guérir. Ils profitent de la vie parisienne : ils assistent à un spectacle et Candide est mené chez une dame de qualité pour un repas mondain et Candide fait des infidélités à Cunégonde. Puis les deux hommes sont victimes d'une arrestation, suspectés d'être des "étrangers suspects" ( il s'agit du résultat d'une manipulation d'un abbé rencontré chez la dame de qualité). Grâce à quelques diamants, il retrouve la liberté et décide de partir.

CHAPITRE XXIII

Embarquement vers l'Angleterre. L'amiral Byng est fusillé alors qu'ils sont à Portsmouth. Ils prennent la route de Venise.

 

CHAPITRE XXIV

A venise, Candide reste sans nouvelle de Cacambo mais il retrouve Paquette et celle-ci lui raconte ses aventures malheureuses. Il rencontre le frère Giroflée.

CHAPITRE XXV

Candide a une entrevue avec un sénateur désabusé, le Venitien Pococuranté.

CHAPITRE XXVI

Candide retrouve Cacambo et dine avec six rois déchus.

CHAPITRE XXVII

Candide part pour Constantinople. A bord de la galère, il retrouve Pangloss et le frère de Cunégonde.

CHAPITRE XXVIII

Le frère de Cunégonde et Pangloss font le récit de leurs mésaventures.

CHAPITRE XXIX

Candide et Cunégonde se retrouvent. Cunégonde est accompagnée de la vieille.

CHAPITRE XXX

Candide et Cunégonde se marient (même si Candide n'en a plus envie). Le frère de Cunégonde est renvoyé à Rome. Candide achète une métairie : "il faut cultiver notre jardin".

Repost 0

Profil

  • Everina
  • J'adore lire... Je dévore une soixantaine de livres par an, surtout des romans. Je lis des classiques français, des textes actuels et de la littérature anglo-saxonne.
J'aimerais partager mes coups de coeur, mes lectures du moment, mes résumés..
  • J'adore lire... Je dévore une soixantaine de livres par an, surtout des romans. Je lis des classiques français, des textes actuels et de la littérature anglo-saxonne. J'aimerais partager mes coups de coeur, mes lectures du moment, mes résumés..

La liste de Léo, 10 ans

ete-2009-257.jpgLéo est en CM2. Ce qu'il préfère lire, ce sont les ouvrages documentaires. Les techniques, il adore... Cependant, de temps en temps, il se plonge dans un roman. Ah oui,j'oubliais, il adore lire et relire les Tom Tom et Nana.


En ce moment son livre préféré, c'est Comprendre comment ça marche aux éditions  NATHAN.images-copie-2

Il a lu aussi un roman policier : Gare au carnage, Amédée Petipotage, écrit par Jean-Loup Crépeau.
images-copie-3

images-copie-23.jpg

Petit roman portable de Rachel Hausfater et Yaël Hassan: C'est l'histoire -en quelques dizaines de pages- de Chloé qui perd son  portable. Quelqu'un le ramasse et nous voilà en train de suivre le parcours du téléphone...
Ce texte est un dialogue très rythmé entre différents personnages. Il est très facile à lire, le vocabulaire y est très actuel ( un peu comme le téléphone). Et il n'y a aucune description. Impossible de le lâcher avant que Chloé ait enfin retrouvé son objet préféré et indispensable... Lecture-plaisir garantie...
images-copie-57.jpg
En ce moment, il lit La Sixième de Suzie Morgenstern et c'est d'actualité car il ne reste que quelques mois avant de faire le grand saut...

Rechercher

La liste de Roméo, 15 ans

Roméo vient d'eete-2009-137.jpgntrer en seconde en septembre. Ce n'est pas un gros bosseur mais il est passionné par le 7ème art. Alors, au lieu de lire, il préfère regarder des films. je peux vous dire qu'il en a vu! et qu'il en voit encore et encore... Son genre préféré, cest le film d'horreur, d'ailleurs, il adore aussi en tourner. Il imagine des scénarios terribles dans lesquels il met son entourage à contribution. Chacun des membres de la famille a droit à son rôle. Quant aux lieux de tournage... ils dépendent de l'endroit où on se trouve. En Bretagne, dans l'Aveyron, à la maison. Ses films, ou au moins leur bande-annonce sont en ligne...
Heureusement, depuis peu, il se tourne vers d'autres genres...


Bon de temps en temps, il est bien obligé de lire, au moins pour le cours de français.

images-copie-9.jpg


Récemment, il a bien aimé Le Joueur d'échec de S. Zweig.
Il adore Le portrait de Dorian Gray de Oscar Wilde. En plus, il a travaillé sur une adaptation cinématographique en classe...

images-copie-10.jpg

Actuellement, il lit ( de force, pour le lycée ) Les Souffrances du Jeune Werther de Goethe.

Oeuvre tout d'abord anonyme publiée en 1774 par un libraire en Allemagne. Ce récit par lettres fut un scandale, accusé de faire l'apologie du suicide.

Cela n'empêche par le succès du texte, en Allemagne d'abord puis au delà des frontières et Mme de Staël écrira que Werther a causé plus de suicides que la plus belle femme du monde...

Voir le résumé des toutes premières lettres...images-copie-45.jpg

 

La liste de Salomé, 16 mois...

img719.jpg

















UN LIVRE A LIRE ET A CHANTER

"L'était une petite poule grise ...
images-copie-4.jpg


images-copie-6.jpg
Mais aussi
Un petit livre cartonné...
"Oh! le petit chat!
images-copie-7.jpg
Bonjour, le petit chat!"



images-copie-8.jpg
Sans oublier

La Maison du Petit Chaperon rouge

(éd. Casterman)

"Dans la maison du petit chaperon rouge, le loup s'est déguisé en grand-mère, après l'avoir mangée..."

Des illustrations et un texte rigolos pour revisiter ce conte classique de Perrault.

animôme (l'école des loisirs)images-copie-44.jpg
"Moi c'est Gaston
le p'tit cochon
et j'ai la queue
en tire-bouchon
.
Plein de couleurs, un texte court de quatre vers associé à chaque dessin d'animal à la manière d'une comptine. L'ensemble est joyeux et chantant. Livre cartonné.
Salomé adore et nous le met souvent entre les mains...







ZOOM SUR... Mon coup de coeur

images-copie-46.jpg

images-copie-47.jpgLe mec de la tombe d'à côté
Roman suédois qui traduit en de nombreuses langues. C'est un grand succès, paraît-il ( source : les éditeurs ).
 Paru en 2009 chez Actes Sud. 7,5 euros. 253p.

En ce moment, je lis...


Gatsby le Magnifique

F. Scott Fitzgeraldimages-copie-41.jpg

Que lire au lycée?

Que lire quand on est élève de lycée?
Pas facile  de choisir un livre qui soit sympa et qui permette en même temps de se constituer une petite culture littéraire pour réussir les épreuves du bac.

Voici quelques idées de lectures... réparties en trois catégories :
- pour les "picoreurs",
- pour les "appétits modérés",
- pour les "boulimiques"...