Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 février 2010 5 12 /02 /février /2010 21:47
images-copie-11Balzac et la petite tailleuse chinoise ou la passion des livres racontée par un adolescent âgé de 17 ans pendant la Révolution Culturelle chinoise. Ce récit fortement autobiographique retrace son aprcours et celui de son meilleur ami Luo alors qu'ils ont été envoyés dans les montagnes du Sishuan pour être "rééduqués". Là, ils découvrent chez un de leurs camarades une valise de livres classiques français interdits par le régime communiste. Ils se plongent dedans avec délectation et les font découvrir à une petite tailleuse du village avec qui ils ont noué des relations...
Beaucoup de poésie dans ce récit mais aussi une réelle réflexion sur le rôle et le pouvoir des livres dans un régime totalitaire.
Roman publié en 2000. Prix Relay du Roman d'évasion 2000. 228p.
Repost 0
Published by laucadet - dans Romans actuels
commenter cet article
10 février 2010 3 10 /02 /février /2010 21:45
images-copie-14.jpgLa disparition de Richard Taylor.
Ce roman n'est pas un roman anglais. Cependant, il a un côté so british pour plusieurs raisons. L'espace dans lequel évoluent les personnages est anglais puisque nous nous promenons à Londres, dans le Kent et dans le Somerset avec les personnages. Et puis les narrateurs multiples sont farfelus, originaux, décalés.
Ils parlent beaucoup d'eux ( parfois un peu trop pour certains) et leurs récits doivent nous permettre de comprendre ce qui est arrivé à Richard Taylor, un trentenaire fraîchement marié qui disparaît du jour au lendemain.
Repost 0
Published by laucadet - dans Romans actuels
commenter cet article
10 février 2010 3 10 /02 /février /2010 21:24
Y a-t-il vraiment besoin de conseiller un lycéen boulimique? Ne risque-t-il pas d'avoir déjà tout lu, j'entends par là tout ce que ses professeurs lui ont conseillé?
Ah, ils ont sûrement oublié des titres...

images-copie-13.jpg- Pour ceux que le mot "classique" n'effraie pas, je conseille la lecture d'une version abrégée des Misérables de Victor Hugo. L'éditeur, L'Ecole des Loisirs, a su retenir dans cette édition des extraits judicieusement choisis, laissant de côté les multiples et parfois très longues descriptions de l'oeuvre originale. Reste un récit dynamique, aux multiples rebondissements de 316p. (dont quelques illustrations) dont la lecture n'est pas trop difficile. Allez, ouvrez-le, vous ne serez pas déçus!
Repost 0
Published by laucadet - dans Lycée - boulimique
commenter cet article
10 février 2010 3 10 /02 /février /2010 11:26
Ces livres sont parfois un peu longs ou un peu plus difficiles à lire que ceux destinés aux "picoreurs", mais rassurez-vous, ils restent accessibles et ne doivent pas vous effrayer.
Ah oui! N'oubliez pas, il faut toujours lire une vingtaine, parfois une trentaine de pages pour "entrer dedans", et commencer à se sentir absorbé par l'histoire... Alors, ne vous découragez pas, continuez encore un peu... de bons moments vous attendent...
- Allah n'est pas obligé de Ahmadou Kourouma : récit à la première personnimagese, aux allures autobiographiques. Un enfant-soldat raconte comment il est pris dans les guerres tribales africaines. L'ensemble est très vivant, malgré la quantité phénoménale de morts tout au long du récit. Langue originale et familière à laquelle il faut s'habituer au début... 220p.

- Le joueur d'échecs de S. Zweigimages-copie-9 : il s'agit d'une nouvelle d'une centaine de page dans laquelle plusieurs narrateurs racontent l'ascension d'un homme qui, sans instruction, allé à l'école devient un des plus grands joueurs d'échecs mondial.  L'ensemble est merveilleusement bien écrit et on se laisse absorber par cette histoire surprenante.

Et le théâtre? Mieux vaut y aller que de le lire. Toutefois, si le temps vous manque, vous pouvez lire cette comédie du XVIIIème qui change un peu de certaines pièces de Molière lues et relues au collège:
images-copie-12-
Le Barbier de Séville dont l'intrigue n'est pas bien compliquée (et ressemble étrangement à celle de L'Ecole des femmes de Molière) et qui a l'originalité de mettre en scène un valet bien plus dégourdi et bien plus humain que ses prédécesseurs des comédies écrites jusque là.

- Ravage de René Barjavel. Roman d'anticipation écrit en 1943 pendant la Seconde Guerre Mondiale. L'auteur imagine une société futuriste telle quimages-copie-17.jpg'elle pourrait être 100 ans plus tard, dans les années 2050: elle est entièrement dépendante de la technologie pour fonctionner. Les transports sont tous électriques, les robinets fournissent de l'eau et du lait. Tout y est propre, net, rangé. Un jour une gigantesque panne d'électricité vient bouleverser toute son organisation. François, accompagné de sa fiancée, prend la route pour rejoindre le Sud de la France où il compte mener une vie meilleure...

- De Grey, histoire romantiqueimages-copie-19.jpg de Henry James. Une courte nouvelle fantastique de l'écrivain anglais de la fin du XIXème dans lequel se mêlent les thèmes de l'amour et de la fatalité.




- Fahrenheit 451 de Ray Bradbury. Un roman américain de science fictionimages-copie-43.jpg écrit en 1953 dans lequel l'auteur imagine une société où les livres sont interdits et brûlés par des pompiers qui interviennent sur dénonciation. Guy Montag, l'un d'entre eux, rencontre une jeune fille qui va lui ouvrir les yeux sur le monde dans lequel il vit... Aime-t-il vraiment sa femme? A quoi sert son travail? Quel rôle les livres jouaient-ils quand ils étaient autorisés?...

(Bientôt d'autres  titres, liste en cours d'élaboration)
Repost 0
9 février 2010 2 09 /02 /février /2010 23:06
Pour les petits lecteurs, ceux qui souffrent à l'idée d'ouvrir un livre, ceux qui comptent les pages pour évaluer le temps que va durer leur supplice...voici quelques titres. Une présentation rapide les accompagne pour -peut-être- donner un peu envie ou trouver une bonne raison de s'y mettre...
J'oubliais ! ces oeuvres ne sont pas difficiles à lire et peuvent être citées dans sur une copie de bac ( pour les écrits de français...). C'est toujours bon à prendre, non?

- Le gône du Chaâba de Azouz Begag : récit autobiographique de l'enfancimages-copie-5e de l'auteur jusqu'à ses premières années de collège. La langue est un mélange de français et de quelques mots et expressions arabes, on s'habitue rapidement. Evocation plutôt émouvante de la vie dans un bidon-ville près de Lyon dans les années 1950 et de l'installation de la famille de l'auteur dans son premier appartement...  230p.

- Harold et Maude adapté par J. C. Carrière ( existe aussi en film -dvd en vente).
images-copie-20.jpgIl s'agit d'une pièce de théâtre adaptée du célèbre film américain portant le même nom, sorti sur les écrans en 1971. Il s'agit de l'histoire d'un amour aussi improbable qu'impossible entre une vieille dame de plus de 80ans et d'un adolescent qui, jusqu'au moment où il la rencontre est particulièrement mal dans sa peau. Ce dernier est particulièrement fasciné par tout ce qui touche au morbide et il passe son temps à imaginer des scenarios mettant en scène sa propre mort.
Comédie drôle et grinçante.


- Le Diable au corps de Edmond Radiguet
Roman unique d'un auteur qui est mort avant d'avoir pu apprécier le succès images-copie-21.jpgde son oeuvre. Ce roman assez court et publié en 1923 raconte une histoire d'amour impossible entre un jeune lycéen et un femme un peu plus âgée que lui, fiancée puis mariée à un jeune soldat parti combattre au front pendant la Première Guerre Mondiale. Ce roman provoqua un scandale lors de sa sortie.
Ce roman plaît beaucoup aux adolescents.

- Nulle et grande gueule de J. C. Oates : Récit du parcours de deux lycéens américains qui vont devoir affronter le monde des adultes pour prouver l'innocence d'un des deux...
Fortement conseillé. Plaisir garanti.

- A bord du précipice et autres nouvelles de Richard Matheson : recueil de nouvelles fantastiques faciles à lire et assez courtes.


Repost 0
Published by laucadet - dans Lycée - picoreurs
commenter cet article
7 février 2010 7 07 /02 /février /2010 14:38
"Allah n'images.jpgest pas obligé"  est la phrase que le jeune narrateur répète de nombreuses fois tout au long de son récit. Devenu orphelin alors qu'il n'est encore qu'un enfant, il raconte comment , accompagné de Yacouba, un "grigriman", il va parcourir une partie de l'Afrique notamment les territoires du Niger, du Libéria, de la guinée, de la Côte d'Ivoire et enfin de la Sierra Léone parce qu'il est à la recherche de sa tante, seule membre de sa famille encore vivante.
Dès le début et pour survivre, parce qu'il n'a pas vraiment le choix, il se transforme en enfant -soldat. Son récit est très détaché, ce qu'il voit et les atrocités qu'il  commet ne semblent pas avoir de prise sur lui.
Il enchaîne les combats, raconte les épisodes atroces dont il est témoin, les meurtres d'enfants, de femmes, et plus généralement de tous les opposants aux soldats. Pillages, viols, vols, dépeçages de cadavres, scène de canibalisme, rien ne nous est épargné.
Ces récits sont ponctués d'oraisons funèbres qui sont souvent pour l'enfant l'occasion de retracer le parcours d'un autre enfant  qu'il a rencontré dans son errance et auquel il s'était un peu attaché. Des informations politiques sont aussi données, quelques massacres donnant l'occasion de retracer la courte biographie d'un chef d'armée.
L'ensemble est très réaliste, d'autant que les noms des hommes politiques ou chefs d'armés cités sont ceux de ceux ayant existé. L'évocation de la corruption est très présente. La drogue joue aussi un rôle important puisque c'est elle qui rend les enfants-soldats "invincibles"...

Le ton et l'écriture sont très particuliers...

La langue utilisée ressemble à la langue parlée. Parce qu'il s'adresse aux Noirs Africains, le narrateur prend soin de donner la
définition de tous les mots qu'il utilise lui paraissant difficiles. Enfin, il ponctue son discours avec des mots injurieux malinkés : " Gnamokodé! batard! batardise!", "Fafaro!" (=sexe de mon père),...
Cette langue est le fruit d'un mélange de l'innocence d'un enfant et de constations que pourrait faire un adulte. Parce que cet enfant n'en est pas vraiment un, il en a l'âge mais pas du tout les préoccupations. Il doit penser avant tout à survivre et, au-delà de toute morale, il fait tout pour y parvenir...

PRIX CONGOURT DES LYCEENS 2000
Repost 0
Published by laucadet - dans Romans actuels
commenter cet article
31 janvier 2010 7 31 /01 /janvier /2010 11:08

Présentation de la pièce

 

Comédie en 4 actes et en prose. Lors de sa première représentation, elle comprenait 5 actes mais ce fut un échec. Beaumarchais remania alors le texte, en fit un nouveau découpage et le proposa en 4 actes. A partir de de ce moment, elle connut un succès important.

La pièce est précédée d'une "Lettre modérée sur la chute et la critique du Barbier de Séville" dans laquelle il répond avec humour aux critiques faites à sa pièce lors de sa première représentation.

Le sujet du barbier n'est pas neuf et il a déjà été traité dans le théâtre comique français au XVIIème siècle. On y retrouve l'influence directe de Molière : l'histoire des personnages de Beaumarchais ressemble à celle de L'Ecole des femmes. L'intrique du Barbier se résume en quelques lignes : Bartholo, un vieux médecin, a décidé d'épouser Rosine dont il est le tuteur. Celle-ci de son côté est courtisée et séduite par le Comte Almaviva. Ce dernier va tout faire pour se marier avec elle avec la complicité de Figaro, un de ses anciens valets, qu'il a retrouvé alors qu'il guettait Rosine sous sa fenêtre.

Cependant cette pièce est originale à plusieurs titres. Tout d'abord, elle est la première d'une trilogie ( Le Barbier de Séville – Le Mariage de Figaro – La Mère coupable) dans laquelle on retrouve certains des personnages comme Figaro, Rosine ou le Comte : le "Roman de la famille Almaviva".  Ensuite, le Barbier Figaro est à lui seul très intéressant. Il ne ressemble pas aux autres valets de comédie : il a un passé et son caractère lui donne une certaine épaisseur, un peu à l'image d'un personnage de roman. Dans la pièce éponyme, c'est lui qui fait progresser l'action, servant les intérêts du Comte sans en attendre de contre-partie. Enfin, dans cette même pièce, il est aussi le double de l'auteur : comme lui, il s'est essayé au théâtre et s'est frotté à la cabale, et comme lui, il peut diriger les personnages de théâtre : c'est ce qu'il fait dans la deuxième scène du premier acte lorsqu'il fait répéter son rôle de composition au comte Almaviva.

 

 

Résumé de la pièce.

 

L'action se déroule à Séville.

 

ACTE I

Le comte Almaviva est à Séville. Il guette Rosine, enfermée par son vieux tuteur, le médecin Bartholo. Arrive Figaro, ancien valet du Comte et qui chante, accompagné de sa guitare. Ce dernier, depuis leur séparation, a fait son chemin, il a pratiqué une multitude de métiers et est maintenant le barbier et l'apothicaire du vieux médecin.
Rosine paraît à sa fenêtre accompagnée de Bartholo. Elle tient dans la main les couplets de la Précaution Inutile, un drame à la mode. Elle laisse tomber le papier de ses mains, destiné au Comte.
Pendant que le vieil homme descend pour le récupérer, le comte ramasse le papier. Bartholo comprend la ruse et ferme à clef la jalousie. Le Comte lit le papier ramassé : c'est un billet où Rosine demande à son mystérieux soupirant de se faire connaître.
Figaro comprend alors les desseins d'Almaviva et lui offre ses services. Le Comte lui raconte qu'il a rencontré cette jeune femme au Prado (promenade de Madrid), qu'il l'a recherchée pendant six mois et qu'il vient de retrouver sa trace à Séville. Figaro lui apprend qu'elle n'est pas mariée au docteur Bartholo: elle n'est que sa pupille. Le Comte, fou de joie, jure de la lui arracher. Figaro, locataire, barbier et apothicaire de Bartholo, a ses entrées dans la maison du docteur. Figaro élabore un plan: il mettra à mal toute la maisonnée par quelque médication, puis le Comte, déguisé en cavalier, se présentera chez Bartholo avec un billet de logement et jouera le soldat ivre pour endormir tout soupçon.
Figaro fait répéter son rôle à son ancien maître, quand Bartholo sort, se désolant de s'être laissé duper. Il est inquiet du retard d'un certain Bazile, chargé d'arranger son mariage avec Rosine pour le lendemain. Le Comte a tout entendu et se désespère. Figaro le rassure: Bazile n'a aucune envergure.
Rosine apparaît derrière sa jalousie. Figaro prête sa guitare à Almaviva, et le pousse à chanter une romance. Le Comte déclare son amour dans ses couplets improvisés, et révèle, pour la déplorer, son humble condition d'étudiant. Rosine chante son amour en réponse, mais doit interrompre brutalement le duo. Figaro rappelle son plan, puis part, chez Bartholo.

Acte II

Rosine écrit à Lindor, en se lamentant sur son sort. Figaro entre et lui fait part des sentiments de Lindor à son égard. Rosine, ravie, confie sa lettre à Figaro.
Bartholo entre dans la pièce. Figaro se cache dans le cabinet. Rosine, exaspérée par son tuteur, avoue avoir vu Figaro, ce qui accroît les soupçons de Bartholo. Rosine sort, irritée. Bazile vient informer le docteur que le comte Almaviva est en ville et qu'il sort tous les jours déguisé. Il suggère alors la calomnie comme solution efficace pour éloigner son ennemi. Bartholo veut accélérer les préparatifs de son mariage avec Rosine. Bazile lui demande davantage d'argent en contrepartie.
Une fois qu'ils se sont entendus, Bartholo raccompagne Bazile jusqu'à la porte et la ferme à clef. Figaro, qui a tout entendu du cabinet, sort pour informer Rosine de l'imminence du terrible mariage. Il tente de la rassurer avant de s'esquiver. Bartholo, de retour, se livre à un dur interrogatoire pour faire avouer à sa pupille qu'elle a écrit une lettre.
Ses preuves : le doigt de Rosine taché d'encre, une feuille manquante sur son écritoire, la plume noire d'encre. Rosine multiplie maladroitement les mensonges. Bartholo, incrédule, va fermer sa porte à double tour. C'est alors que le Comte, déguisé en soldat, fait une entrée bruyante en feignant d'être ivre. Il tente en vain de donner une lettre à Rosine, mais Bartholo s'en aperçoit et la renvoie dans sa chambre.
Le Comte provoque Bartholo par des insolences, Rosine accourt et tente de les calmer. C'est alors qu'elle reconnaît Lindor. Le Comte présente son billet de logement pour la nuit, mais Bartholo est dispensé de loger des militaires... Après un difficile manège, le Comte parvient à donner sa lettre à Rosine, mais cela n'échappe pas à Bartholo. Le Comte sort. Bartholo veut récupérer le billet. Rosine prétend que c'est une lettre de son cousin et le met en colère pour gagner du temps.
Le tuteur va fermer sa porte pour éviter la fugue dont le menace Rosine. Juste le temps pour elle pour substituer la lettre avec celle de son cousin. Rosine, sauvée, feint un évanouissement. Le tuteur tombe dans le piège et en profite pour lire le billet. Il découvre qu'il s'agit bien d'une lettre du cousin de Rosine. Celle-ci accepte ses excuses et consent à la paix. Bartholo sort, et Rosine se désole car, dans sa lettre, Lindor lui recommandait la querelle ouverte avec son tuteur.

Acte III

Peu après, le comte se présente à nouveau chez Bartholo, cette fois déguisé en bachelier, Alonzo. Il prétend être le remplaçant de Don Bazile qui serait atteint d'une maladie.
Bartholo le croit. D'abord réticente, Rosine reconnaît Lindor et accepte une leçon de chant qui se transforme en duo d'amour. Arrive Figaro pour accomplir son office de barbier. Il renverse la vaisselle dans la cuisin afin de faire sortir Bartholo. Lindor annonce à Rosine qu'il a dû livrer sa lettre à Bartholo pour gagner sa confiance.
Quand Don Bazile fait irruption dans la maison, la supercherie menace d'être découverte. La police surgit dans la maison de Bartholo à cause du vacarme. Mais Don Bazile est mis à la porte... Alonzo a donc réussi à se débarrasser de Don Bazile.

Acte IV

Bartholo et Don Bazile s'accordent sur le mariage qui devra avoir lieu à minuit.
Mais le notaire est retenu par une ruse de Figaro qui feint le mariage d'une nièce. Bartholo apprend à Rosine que son bien-aimé Lindor est en vérité le messager du comte d'Almaviva, et il le prouve en lui montrant la lettre que Rosine lui a écrit le matin même.
Rosine est humiliée et promet sa main à Bartholo.
Dans la nuit, pourtant, Figaro et le comte montent dans l'appartement de Rosine et font entrer le notaire et Don Bazile après que le comte a dévoilé sa véritable identité à Rosine, qui tombe sous le charme, désormais convaincue qu'Almaviva (Lindor) l'aime vraiment. Le mariage est signé juste quelques instants avant que Bartholo ne revienne à la maison. Don Bazile a signé en tant que témoin en échange d'une bourse bien pleine.

 

Repost 0
30 janvier 2010 6 30 /01 /janvier /2010 20:42

images-copie-3Roman policier pour 10-11ans, écrit par J. L. Crépeau et publié chez nathan

Nombre de pages : 185p. mais Léo ne s'est pas découragé, il était même pressé de le continuer...

Petipotage, c'est le nom d'Amédée. C'est l'histoire d'un garçon dont la vie est bouleversée lorsqu'un de ses meilleurs amis, un clochard, Clodo de son prénom, est assassiné. C'est le Visage noir qui a fait le coup... Amédée mène l'enquête, rien ne l'arrête. Il se ballade dans New-York alors qu'il fait très froid... Il va faire de très mauvaises rencontres...

Repost 0
30 janvier 2010 6 30 /01 /janvier /2010 19:18
images-copie-2.jpgLéo adore ce livre qu'il a eu à Noël ( il l'avait repéré dans une librairie)... Le  soir, avant de s'endormir, il se plonge dans les pages des objets coupés en deux ou démontés : l'aspirateur, le lecteur CD, l'appareil photo numérique. L'imprimante est un de ses objet démontés préférés... Il connaît presque par coeur le fonctionnement de la "buse de la cartouche"... Oups! ça laisse rêveur.
Il observe aussi les "fiches-principe" dans lesquelles il trouve tout un tas d'explications pratiques et logiques.
Enfin, le petit plus, certaines images sont en 4D pour plus de réalisme.

Alors avis aux amateurs et amatrices de bidouilles et démontages! Cachez vos appareils, il y a risque d'expériences!
Repost 0
30 janvier 2010 6 30 /01 /janvier /2010 15:56

images-copie-1.jpg

En 1843, paraît la troisième édition de L'Histoire des Treize contenant Ferragus, la Duchesse de Langeais et La fille aux yeux d'or dans La Comédie humaine. Ce roman est le plus riche et le plus complet de l’ensemble de l'Histoire des Treize.

Le récit peut-être divisé en deux grandes parties. Quatre chapitres le composent.

Résumé

Dans la première partie du récit, on apprend que le général de Montriveau est épris de la duchesse Antoinette de Langeais.  Aidé par les puissants Treize, sorte de franc-maçonnerie aux pouvoirs occultes comme Balzac aime à mettre en scène, il la poursuit jusqu’à un monastère espagnol où elle s’est réfugiée sous le nom de sœur Thérèse. Là, elle accepte de le recevoir en présence de la mère supérieure à qui elle fait croire que cet homme est son frère. Mais, au dernier moment, elle avoue sa faute en même temps que son amour longtemps caché pour Montriveau.

Ce début amène un long retour en arrière - la deuxième partie du récit- à l’époque ( cinq ans plus tôt) où la duchesse menait le monde par le bout du nez, faisant ménage à part avec son mari en méprisant ses soupirants. A cette période elle s'était jouée de lui jusqu'au moment où ce dernier, averti par un ami, décide d'être "implacable" avec elle. Il ne lui rend plus visite puis organise l'enlèvement de la duchesse. Après l'avoir fait ligoter, il a une longue conversation avec elle dans laquelle il lui fait part de ce qu'il pense d'elle et de la manière dont elle se comporte en société.  Après l'avoir libérée, il s'obstine à ne plus la voir.  A partir de ce moment, réalisant qu'elle n'a plus le dessus dans cette relation et profondément blessée, elle se met à chercher sa compagnie à tout prix allant jusqu'à mettre en péril sa réputation dans le monde (une nuit, elle l'attend en bas de chez lui sans se cacher, ce qui risque de mettre en péril son mariage). Quelques proches essaient de lui faire entendre raison mais c'est peine perdue : elle est profondément amoureuse du général. Finalement elle lui fixe un ultime rendez-vous dans une longue lettre auquel il ne se rendra pas (le dysfonctionnement de sa pendule l'en empêchera) et comme elle le lui avait promis s'il ne venait pas, elle quitte Paris et la vie mondaine en disparaissant, sans laisser d'indices.

Après cette rencontre au couvent, le général décide d'enlever celle qu'il aime. Aidé de ses complices , il s'introduit clandestinement dans le couvent mais lorsqu'il arrive, il la découvre morte. Il emporte le corps et quitte les lieux.


 

L’esprit des Treize imprègne le roman, en particulier la scène de violence où l’on voit Montriveau, conseillé par Ronquerolle, menacer la duchesse de la marquer au front avec une croix de Lorraine rougie au feu.

Dédié à Frantz Litz, ce portrait d’une coquette représentative des nobles familles du faubouurg Saint-Germain, qui tiennent leur fortune de leurs terres et qui vivent sur le mythe d’une naissance supérieure, fut inspiré à Balzac par la Duchesse de Castries avec laquelle il eut une aventure orageuse, et qui l'humilia sans jamais se donner à lui. Balzac en conçut d'abord une violente rancœur, puis les relations devinrent plus cordiale à la parution de La Duchesse de Langeais, dans laquelle la duchesse de Castries se reconnut en portrait à demi flatté.

 

Repost 0
Published by laucadet - dans Romans du XIXème
commenter cet article

Profil

  • Everina
  • J'adore lire... Je dévore une soixantaine de livres par an, surtout des romans. Je lis des classiques français, des textes actuels et de la littérature anglo-saxonne.
J'aimerais partager mes coups de coeur, mes lectures du moment, mes résumés..
  • J'adore lire... Je dévore une soixantaine de livres par an, surtout des romans. Je lis des classiques français, des textes actuels et de la littérature anglo-saxonne. J'aimerais partager mes coups de coeur, mes lectures du moment, mes résumés..

La liste de Léo, 10 ans

ete-2009-257.jpgLéo est en CM2. Ce qu'il préfère lire, ce sont les ouvrages documentaires. Les techniques, il adore... Cependant, de temps en temps, il se plonge dans un roman. Ah oui,j'oubliais, il adore lire et relire les Tom Tom et Nana.


En ce moment son livre préféré, c'est Comprendre comment ça marche aux éditions  NATHAN.images-copie-2

Il a lu aussi un roman policier : Gare au carnage, Amédée Petipotage, écrit par Jean-Loup Crépeau.
images-copie-3

images-copie-23.jpg

Petit roman portable de Rachel Hausfater et Yaël Hassan: C'est l'histoire -en quelques dizaines de pages- de Chloé qui perd son  portable. Quelqu'un le ramasse et nous voilà en train de suivre le parcours du téléphone...
Ce texte est un dialogue très rythmé entre différents personnages. Il est très facile à lire, le vocabulaire y est très actuel ( un peu comme le téléphone). Et il n'y a aucune description. Impossible de le lâcher avant que Chloé ait enfin retrouvé son objet préféré et indispensable... Lecture-plaisir garantie...
images-copie-57.jpg
En ce moment, il lit La Sixième de Suzie Morgenstern et c'est d'actualité car il ne reste que quelques mois avant de faire le grand saut...

Rechercher

La liste de Roméo, 15 ans

Roméo vient d'eete-2009-137.jpgntrer en seconde en septembre. Ce n'est pas un gros bosseur mais il est passionné par le 7ème art. Alors, au lieu de lire, il préfère regarder des films. je peux vous dire qu'il en a vu! et qu'il en voit encore et encore... Son genre préféré, cest le film d'horreur, d'ailleurs, il adore aussi en tourner. Il imagine des scénarios terribles dans lesquels il met son entourage à contribution. Chacun des membres de la famille a droit à son rôle. Quant aux lieux de tournage... ils dépendent de l'endroit où on se trouve. En Bretagne, dans l'Aveyron, à la maison. Ses films, ou au moins leur bande-annonce sont en ligne...
Heureusement, depuis peu, il se tourne vers d'autres genres...


Bon de temps en temps, il est bien obligé de lire, au moins pour le cours de français.

images-copie-9.jpg


Récemment, il a bien aimé Le Joueur d'échec de S. Zweig.
Il adore Le portrait de Dorian Gray de Oscar Wilde. En plus, il a travaillé sur une adaptation cinématographique en classe...

images-copie-10.jpg

Actuellement, il lit ( de force, pour le lycée ) Les Souffrances du Jeune Werther de Goethe.

Oeuvre tout d'abord anonyme publiée en 1774 par un libraire en Allemagne. Ce récit par lettres fut un scandale, accusé de faire l'apologie du suicide.

Cela n'empêche par le succès du texte, en Allemagne d'abord puis au delà des frontières et Mme de Staël écrira que Werther a causé plus de suicides que la plus belle femme du monde...

Voir le résumé des toutes premières lettres...images-copie-45.jpg

 

La liste de Salomé, 16 mois...

img719.jpg

















UN LIVRE A LIRE ET A CHANTER

"L'était une petite poule grise ...
images-copie-4.jpg


images-copie-6.jpg
Mais aussi
Un petit livre cartonné...
"Oh! le petit chat!
images-copie-7.jpg
Bonjour, le petit chat!"



images-copie-8.jpg
Sans oublier

La Maison du Petit Chaperon rouge

(éd. Casterman)

"Dans la maison du petit chaperon rouge, le loup s'est déguisé en grand-mère, après l'avoir mangée..."

Des illustrations et un texte rigolos pour revisiter ce conte classique de Perrault.

animôme (l'école des loisirs)images-copie-44.jpg
"Moi c'est Gaston
le p'tit cochon
et j'ai la queue
en tire-bouchon
.
Plein de couleurs, un texte court de quatre vers associé à chaque dessin d'animal à la manière d'une comptine. L'ensemble est joyeux et chantant. Livre cartonné.
Salomé adore et nous le met souvent entre les mains...







ZOOM SUR... Mon coup de coeur

images-copie-46.jpg

images-copie-47.jpgLe mec de la tombe d'à côté
Roman suédois qui traduit en de nombreuses langues. C'est un grand succès, paraît-il ( source : les éditeurs ).
 Paru en 2009 chez Actes Sud. 7,5 euros. 253p.

En ce moment, je lis...


Gatsby le Magnifique

F. Scott Fitzgeraldimages-copie-41.jpg

Que lire au lycée?

Que lire quand on est élève de lycée?
Pas facile  de choisir un livre qui soit sympa et qui permette en même temps de se constituer une petite culture littéraire pour réussir les épreuves du bac.

Voici quelques idées de lectures... réparties en trois catégories :
- pour les "picoreurs",
- pour les "appétits modérés",
- pour les "boulimiques"...