Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Résumés d'oeuvres et listes de lecture...

Voici la liste des oeuvres que je lis, compulse, résume. Pour les lycéens et les profs, j'ai décidé de partager mes résumés et mes présentations des grands classiques de la littérature (principalement française). Voici aussi des listes destinées à ceux qui ne savent pas quoi conseiller à leurs enfants ou ados, pour qui la lecture est une tâche difficile...

Les Misérables de V. Hugo, résumé détaillé.

Roman publié en 1862 par Victor Hugo en 1862 alors qu’il est en exil pour fuir le Second Empire dans les îles anglo-normandes.

PREMIERE PARTIE : Fantine

Livre premier : Un juste

1815, M. Charles François Bienvenu est évêque à Dignes. Il vit avec sa sœur, Melle Baptistine, et sa vieille servante, Mme Magloire. Nous sommes sous la Restauration, Louis XVIII règne (après la chute de Napoléon en 1814).

Monseigneur Bienvenu rend visite à un révolutionnaire (un conventionnel) mourant qui vit retiré dans les montagnes. Ensemble, ils évoquent la Révolution.

Livre deuxième : La chute

Un soir, Jean Valjean, un homme qui vient d’être libéré du bagne et qui est chassé par tous, frappe à la porte de l’évêque pour trouver refuge. Son aspect est effrayant mais il est tout de même invité à rester pour diner.

Jean Valjean est originaire de Brie et était émondeur (tailleur d’arbres). Il a été condamné au bagne pour avoir volé du pain à un boulanger alors qu’il souhaitait nourrir sa sœur et les enfants de celle-ci qui vivaient dans une terrible misère après un hiver plus rude que d’habitude qui les avait privés de travail. Il est enfermé au bagne de Toulon et porte le numéro 24601. Il ne peut avoir de nouvelles de sa sœur et de ses sept neveux et nièces. Quand il peut s’évader, il le fait mais est repris à chaque fois. Quand il arrive chez l’évêque, il vient de passer 19 ans aux travaux forcés et il est profondément transformé : il n’a plus le même caractère et il a appris à lire et à écrire. Il ressent de la haine pour cette société qui l’a condamné. Il entre en guerre contre celle-ci.

Après avoir passé la nuit dans un lit confortable Jean Valjean se réveille tôt et ne peut s’empêcher de penser à l’argenterie de l’évêque. Il se lève, se dirige vers l’endroit où elle est rangée, dans un meuble non verrouillé, la vole, puis s’enfuit.

Mme Magloire indique que le panier de couverts a disparu, mais l’évêque n’y voit aucun mal. Un peu plus tard, les gendarmes arrivent avec Jean Valjean et ce qu’il a volé, mais l’évêque leur dit qu’il ne s’agit pas d’un vol mais d’un don. Il dit aux gendarmes de se retirer. Il indique ensuite à l’ancien bagnard que l’argent de la vente des couverts doit lui servir à devenir « un honnête homme ».

Jean Valjean part par la montagne. Sur son chemin, il croise un jeune garçon, Petit-Gervais, qui laisse tomber une pièce par terre. L'ancien forçat lui vole cette pièce et refuse de lui rendre. Il est ensuite assailli par un fort sentiment de culpabilité.

Livre troisième : En l’année 1817

(Deux ans plus tard, à Paris).

Quatre étudiants profitent de la vie parisienne et sortent chacun avec une fille. Parmi eux, le couple Félix Tholomyès- Fantine s’est formé. Fantine est une belle fille, issue de la pauvreté, originaire de Montreuil sur Mer. Elle est venue à Paris pour faire fortune. Elle est amoureuse de Félix et s’est donnée à lui comme à un mari. Un soir, les quatre jeunes gens organisent une « surprise » aux jeunes filles : ils les invitent à dîner puis s’enfuient. Fantine, enceinte, se retrouve seule et désemparée.

Livre quatrième : Confier, c’est quelquefois livrer

Montfermeil, près de Paris. Les Thénardier, mari et femme, tiennent une gargote. Lui est un ancien sergent, il a combattu à Waterloo. Ils ont deux filles, une de 18 mois et l’autre de deux ans et demi. Fantine arrive devant l’auberge, elle est accompagnée de sa fille, âgée de deux ans environ. Après la naissance de son enfant, la jeune mère a écrit à son amant mais sans succès, elle s’est ainsi retrouvée seule et sans ressources. Elle veut travailler et, pour cela, elle doit retourner à Montreuil-sur-Mer, sa ville natale où elle espère que ses connaissances l’aideront. Elle n’a d’autre choix que de confier son enfant, Cosette, aux Thénardier, qui, contre une belle somme d’argent, l’accueillent.

Les Thénardier sont cupides et méchants. Leur geste n’est motivé que par l’argent, d’autant qu’ils rencontrent des difficultés financières avec leur gargote. Rapidement, il traite Cosette comme si elle était un chien, ne voyant en elle qu’un moyen d’augmenter leurs revenus. Ils mentent à sa mère en lui faisant qu’ils s’occupent bien de l'enfant. En revanche, ils aiment passionnément leurs deux filles. Les années passent. La misère grandit. A cinq ans, Cosette est devenue la servante de la maison et le souffre-douleur des deux filles.

Livre cinquième : La descente

Lorsque Fantine rentre à Montreuil-sur-Mer, l’endroit a bien changé. L’usine de verroterie qui tournait peu a été reprise par un inconnu dont on ne sait rien : le Père Madeleine. Grâce à un nouveau procédé, il a fait reprendre les affaires et toute la ville s’est enrichie. C’est un homme respecté parce qu’il est bon et qu’il a fait disparaître la pauvreté.

Un seul homme n’aime par M. Madeleine : l’inspecteur de police Javert. Il est arrivé dans la ville après lui et est intrigué par le nouveau directeur de l’usine à tel point qu’il ne le quitte pas des yeux.  Il est, par-dessus tout, épris de respect et d’honnêteté.

Un jour, M. Madeleine attire l’attention de Javert en sauvant le père Fauchelevent qui est coincé sous une charrette. L’inspecteur déclare ne connaître qu’un homme capable d’avoir une telle force : un forçat. Fauchelevent ne pourra plus marcher normalement et M. Madeleine lui trouve un emploi de jardinier dans un couvent de femmes du quartier Saint-Antoine à Paris.

Quand Fantine arrive, M. Madeleine est devenu maire de la ville. Elle est embauchée dans la fabrique mais on apprend qu’elle a un enfant. Elle est chassée alors qu’elle doit encore envoyer de l’argent aux Thénardier. Elle trouve quelques petits travaux à faire mais elle n’a pas assez pour les payer correctement d’autant qu’ils lui réclament sans cesse davantage.  Elle est donc amenée à vendre ses cheveux puis ses dents (pour payer des soins à Cosette qui est tombée malade, selon sa famille d’adoption – en fait, elle est en bonne santé). Fantine s’épuise au travail chez un tailleur pour un salaire dérisoire tandis que les Thénardier lui demandent toujours plus. Elle se prostitue.

Plus tard, alors que Fantine arpente le pavé, elle est chahutée par un homme, un « élégant » portant le nom de M. Bamatabois, qui lui met une poignée de neige dans le corps. Elle se rebiffe et est arrêtée par Javert et jetée en prison pour six mois. M. Madeleine, qui a assisté à la scène, demande à l’inspecteur de remettre la jeune femme en liberté. Une fois que cela est fait, il lui promet une vie meilleure et elle s’évanouit de joie.

Livre sixième : Javert

Fantine est tombée malade et il lui reste peu de temps à vivre : elle doit voir son enfant.

Un matin Javert vient avertir que Jean Valjean a été arrêté (il a cru que c’était M. Madeleine mais c’est en fait celui qu’on appelle le père Champmathieu). Il a été reconnu par d’autres forçats.  Après avoir donné cette information au maire, l’inspecteur lui donne sa démission car il a dénoncé le père Madeleine comme forçat, c'est lui qu'il a pris pour Jean Valjean, dans un premier temps. Il est un « mouchard » et donc indigne de remplir ses fonctions.

Livre septième : L’affaire Champmathieu

M. Madeleine n’est autre que Jean Valjean. Après avoir quitté l’évêque, il a traversé la France et s’est installé à Montreuil-sur-mer et y est devenu directeur de l’usine puis maire. Il a consacré son temps à se racheter. Mais quand il apprend qu’on a arrêté un innocent à sa place, il est bouleversé et a mauvaise conscience. Il lui est cependant très difficile d’aller se dénoncer. Il quitte Montreuil.

Arrivé à Arras, il se présente au palais de justice et est introduit dans la salle d’audience. L’homme accusé à tort d’être un ancien forçat est assis entre deux gendarmes, il semble ne pas comprendre ce qui lui arrive. On fait entrer tour à tour trois témoins qui le reconnaissent. Tout à coup, M. Madeleine prend la parole et demande à ces mêmes témoins s’ils le reconnaissent. Lui dit qu’il connait les trois hommes comme anciens compagnons de bagne.

Après avoir affirmé qu’il est Jean Valjean, il quitte l’audience en disant à l’avocat général de le faire arrêter quand il le voudra.

Livre huitième : Contrecoup

Fantine est mourante. Cosette a maintenant 7 ans, sa mère n’a pas pu encore la revoir.

Javert est maintenant certain que Jean Valjean se cache sous les traits de M. Madeleine. Au moment de son arrestation, ce dernier demande une faveur à Javert : il souhaite avoir 3 jours de répit pour aller chercher Cosette avant d’être arrêté. Fantine implore Javert d’accepter puis meurt. Javert ne fait pas cette faveur à l’ancien bagnard et l’arrête sur le champ.

(à suivre)

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Everina

J'adore lire... Je dévore une soixantaine de livres par an, surtout des romans. Je lis des classiques français, des textes actuels et de la littérature anglo-saxonne. J'aimerais partager mes coups de coeur, mes lectures du moment, mes résumés..
Voir le profil de Everina sur le portail Overblog

Commenter cet article

Courtois 03/05/2018 11:46

Je ne suis pas du tout un fan de Victor Hugo (je ne partage pas ses "idées"), mais je trouve que Les Misérables est, sans doute, une très belle œuvre (malgré son dénigrement par Baudelaire, qui a eu tort dans ce jugement ; Rimbaud, lui, l'admire dans une de ses lettres). Il y a une comédie musicale "moderne" très bien jouée, avec comme réalisateur l'auteur du Discours d'un roi.
Je m'intéresse personnellement plus à la littérature anglophone qu'à la littérature française.

Ait Larbi Ahmed 05/11/2017 12:41

Je viens tardivement à la lecture de la littérature de langue française dont je suis fortement fasciné, j' aimerai en lire d' avantage mais des textes accompagnés d'analyse et de critiques, et aussi de poésie avec sa versification,mes connaissances sont très sommaires, j'ai besoin de les approfondir. Je trouve ce cite d'une grande importance et d'une utilité certaine pour les débutants comme moi je vous remercie énergiquement.